Texte : Véronique Bonacorsi

EspacePourLaVie

Proclamée année internationale de la lumière par l’UNESCO, 2015 sera aussi célébrée sous ce thème par Espace pour la vie grâce à sa nouvelle programmation.

Les équipes du Biodôme, de l’Insectarium, du Planétarium Rio Tinto Alcan et du Jardin botanique ont concocté des activités multidisciplinaires éclatantes permettant d’expérimenter la nature à travers la source même de sa vie. En explorant les variantes lumineuses que proposent les nouveautés, les visiteurs auront le privilège d’être aux premières loges de la synergie entre arts et sciences.

EspacePourLaVie_Insectarium_Lucioles

Cet été, à l’Insectarium, il sera possible de se glisser dans la peau d’une luciole, qui utilise de façon ludique sa lumière pour communiquer son désir de rencontre. Munis de divers objets et plongés dans un univers interactif, nous pourrons recréer le comportement de cet insecte luminescent et ainsi découvrir son mode de vie si poétique, mais fragile. À vos lucioles, présenté du 20 juin au 30 août, a été conçu par Étienne Paquette et Mathieu Le Sourd.

Photo : American Museum of Natural History.

Photo : American Museum of Natural History.

Photo: American Museum of Natural History.

Photo: American Museum of Natural History.

À l’opposé de ce qui est éclairé se trouve inévitablement un côté sombre. Avec les spectacles Dark Universe (dès le 7 juillet), en provenance du American Museum of Natural History, et Pluton : chronique d’une ex-planète (7 juillet au 8 novembre), le Planétarium se fixe la mission de nous faire voir l’infini invisible. La première présentation nous proposera un voyage intergalactique depuis l’événement du Big Bang, tandis que la deuxième nous rapportera des nouvelles de Pluton, depuis le premier survol de la sonde Horizons de la planète naine. De plus, en automne 2015, Aurorae célébrera les fascinantes aurores boréales.

Chloé Lacasse. Photo : Martin Tremblay.

Chloé Lacasse. Photo : Martin Tremblay.

Fanny Bloom. Photo : Christine Grosjean.

Fanny Bloom. Photo : Christine Grosjean.

Oliver Jones.

Oliver Jones.

« Des samedis et dimanches magiques ». C’est ce que nous réserve Charles-Mathieu Brunelle, le directeur d’Espace pour la vie, pour le Jardin botanique en 2015. Les cinq sens des promeneurs seront stimulés par les concerts inspirés dans la saulaie d’une multitude de musiciens, tels que Diane Tell, Florence K et Antoine Gratton. Et sur la grande scène, les projecteurs se tourneront vers les renommés Marc Hervieux (14 juin) et Oliver Jones (23 août). Un innovant parcours acoustique nous attend donc toutes les fins de semaine entre le 6 juin et le 30 août.

Outre les nouveautés, nous devons souligner le retour de quelques activités populaires. Du 20 juin au 7 septembre, le Biodôme offrira une deuxième chance de faire la connaissance avec sa bande de paresseux, qui a d’ailleurs connu la naissance d’un nouveau membre l’hiver dernier!

Les incontournables Jardins de lumière se déploieront une nouvelle fois lorsque la température recommencera à se rafraîchir et que les rayons du soleil se feront de plus en plus timides. Cette année, le mandat de concevoir le parcours nocturne du Jardin des Premières-Nations revient à Louis-Xavier Gagnon-Lebrun et Félix Dagenais, de ATOMIC3 inc. Le projet de ces derniers a été choisi grâce au premier concours en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal.

Pour plus d’informations ou pour planifier votre visite, visitez le site Web officiel d’Espace pour la vie : espacepourlavie.ca

CRITIQUE DE BIG EYES DE TIM BURTON

Texte : Véronique Bonacorsi

BigEyes_Affiche

Si le modus operandi de Tim Burton (Alice in Wonderland, Frankenweenie) des 10 dernières années peut se résumer à mêler histoire farfelue, effets spéciaux colorés et Johnny Depp, Big Eyes détonne dans ce parcours cinématographique. Sa dernière aventure au grand écran raconte sobrement la fable véridique – mais assez étonnante – de la peintre Margaret Keane.

Dans la contrée non lointaine et tout à fait tangible de San Francisco, dans les années 1950, Margaret, mère divorcée et artiste inappréciée, rencontre Walter Keane. Après leur union, les Keane se retrouvent propulsés dans un monde de beatniks, où ils cherchent à faire connaître leurs peintures respectives. Lorsque les tableaux de Margaret commencent à gagner en popularité, non seulement son nouvel époux s’approprie le mérite, mais il parvient à convaincre sa femme de l’accompagner dans cette supercherie. Plus le couple s’embourbe dans ce mensonge – la plus grande fraude artistique de l’histoire – plus Margaret, transformée en usine humaine d’œuvres d’art, se perd, en tant qu’artiste et en tant que femme.

BigEyes_AdamsWaltz

Ayant eu du succès avec plusieurs biographies portées à l’écran (Man on the Moon, Ed Wood, aussi réalisé par Tim Burton), les partenaires d’écriture Scott Alexander et Larry Karaszewski se sont sentis interpellés par l’aspect incroyable de l’histoire de Margaret. Cette émouvante leçon de bravoure personnelle représentait aussi l’occasion d’aborder la culture parfois problématique de la consommation de l’art, ainsi que l’éveil du mouvement féministe, des thèmes toujours d’actualité. Les scénaristes, avec le souci de véracité, rencontrent Margaret Keane, afin de s’assurer des détails, mais surtout qu’elle se sente à l’aise avec ce qui allait être mis en scène.

BigEyes_AdamsWaltz2

Pendant près d’une décennie, le scénario a maintes fois failli être porté au cinéma. Un souhait seulement concrétisé lorsque Tim Burton, un producteur très tôt dans le projet, se voit disponible pour immortaliser la vie d’une artiste qu’il a longtemps admirée, sans le savoir. Les peintures de « Walter » Keane étaient omniprésentes dans le paysage de la jeunesse de Burton – en tant qu’adulte, après la révélation de la fraude, il en a même commandé directement de la peintre – et il paraît évident qu’elles ont influencé le look signature de ses films.

Le réalisateur Tim Burton.

Le réalisateur Tim Burton.

Big Eyes constitue certainement la création la moins reconnaissable du réalisateur. Produite à petit budget, l’oeuvre repose sur le tourment d’un personnage central non verbal. L’esprit fantaisiste de Tim Burton opère ici dans les paramètres limités de la réalité. On parvient tout de même à sentir le caractère « surréel », à la manière d’un conte de fées, dans sa façon de présenter les mots de Alexander et Karaszewski, un scénario qui se veut inspirant, mais qui tombe parfois dans les clichés du film hollywoodien au happy ending.

BigEyes_tournage

La plus belle prouesse de ce film biographique est accomplie par le duo de Amy Adams et Christoph Waltz. Les interprètes de Margaret et Walter Keane parviennent à nous faire croire en cette relation si invraisemblable psychologiquement, entre la douce peintre et le pro raconteur. Si Waltz paraît souvent, mais légitimement, caricatural dans son interprétation, il rend à merveille la dualité charmant-menaçant du personnage. De Adams, la vraie Margaret Keane, pour qui Big Eyes représente une expérience à la fois thérapeutique et traumatisante, parle d’une performance fantastique, et avec raison. L’actrice a su incarner la dignité et la délicatesse de son sujet, au lieu de la faiblesse qu’il s’en dégage à première vue. Et enfin, le public peut connaître la véritable âme qui se cachait derrière tous ces grands yeux.

Margaret Keane et Amy Adams.

Margaret Keane et Amy Adams.

Big Eyes réunit aussi quelques collaborateurs réguliers de Tim Burton, dont la costumière Colleen Atwood (Alice in Wonderland), gagnante de trois oscars. Lana Del Rey a coécrit la chanson titre, nommée aux Golden Globes. Amy Adams a reçu plusieurs nominations pour son rôle, et a même été récompensée du Golden Globe de la meilleure actrice.
Le DVD est disponible depuis le 14 avril 2015.

Site Web officiel du film : bigeyesfilm.com

Texte : Karine Tessier

FreeStockPhotoCupcakesLFG2014

Vous ne savez pas du tout quoi offrir à votre échange de cadeaux au bureau? Vous aimeriez ne pas arriver les mains vides chez les gens qui vous reçoivent pendant les Fêtes? Voici nos trouvailles gourmandes, à moins de 100 $. Rares sont ceux qui pourraient résister à ces petits péchés.

Photo : www.homemadegin.com

Photo : Homemade Gin

The Homemade Gin Kit

Oui, vous avez bien lu! Vous trouverez dans cette petite boîte le nécessaire pour fabriquer à la maison votre propre gin, à partir de vodka! L’ensemble comprend des bouteilles de verre, des accessoires en acier inoxydable et les ingrédients dont vous aurez besoin. Le genre d’expérience scientifique qu’on meurt d’envie de faire! Disponible en ligne sur le site de la compagnie.

Photo : epicesdecru.com

Photo : Épices de Cru

Kit Mélanges du Québec des Chasseurs d’épices

On connaît bien l’adorable couple Philippe et Ethné De Vienne, qu’on l’ait vu cuisiner au petit écran ou qu’on fasse ses emplettes à ses boutiques du Marché Jean-Talon à Montréal. Nos chasseurs d’épices chouchous proposent, entre autres délices, ce coffret de mélanges d’épices typiquement québécois: Rub de Montréal, Épices à tourtière, Rub gaspésien à saumon, Épices du chasseur pour petit gibier. Pour concocter des plats dignes d’un vrai chef! Disponible dans les points de vente et dans la boutique en ligne Épices de cru.

Photo : Kennedy Space Center

Photo : Kennedy Space Center

Mitaine pour le four astronaute

Cool. Juste trop cool. Avec des gants isolants comme ceux-là, on aura l’air d’un champion même en réchauffant un repas surgelé. Disponible sur le site du Kennedy Space Center.

Photo : Stokes

Photo : Stokes

Moules à muffins imprimés animaliers

Une délicate petite attention qui ne coûte qu’une bouchée de pain! Ou, mieux encore, offrez à un être cher des muffins que vous aurez cuisinés dans ces petits papiers ultra stylés. Disponibles dans les boutiques Stokes et sur leur site Web.

Photo : Avenue Coloniale

Photo : Avenue Coloniale

Planche de service Avenue Coloniale

On ne se lasse pas d’admirer les objets créés par ce couple montréalais, à partir de retailles de bois recyclées. Aussi design qu’éthique. Leur entreprise, fondée il y a à peine plus d’un an, connaît déjà un beau succès. On leur souhaite de tout coeur que ça se poursuive! Disponible à l’atelier d’Avenue Coloniale ou sur son site Internet.

Photo :  SAQ

Photo : SAQ

Disaronno Versace Édition Limitée

Dans cette bouteille spectaculaire, une liqueur d’amande que vous connaissez sûrement. Il s’agit d’ailleurs de la liqueur italienne la plus populaire au monde. Un cadeau luxueux, mais à un prix tout à fait abordable. Disponible dans les succursales de la SAQ.

Photo : Starbucks

Photo : Starbucks

Gobelet à café Poupée russe Starbucks

Les fans de cette chaîne de cafés sont nombreux, très nombreux. Avec sa craquante collection de tasses des Fêtes, Starbucks nous a encore une fois conquis. Ce gobelet à motif matriochka en acier inoxydable est sans contredit notre préféré de tous. Vous voulez ajouter un petit plus à votre offrande? Glissez un sachet de café à l’intérieur! Disponible dans les cafés Starbucks et dans leur boutique en ligne.

Photo : Firebox

Photo : Firebox

Pot à biscuits Star Wars

Un casque de Darth Vader en céramique dans lequel placer vos biscuits. On n’a rien à ajouter. Disponible en ligne sur le site Firebox.

Photo : Le Creuset

Photo : Le Creuset

Tasses espresso Le Creuset

Les célèbres cocottes en fonte émaillée de cette compagnie, fondée en 1925 en France, ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Par contre, certaines de leurs pièces, comme ces mignonnes tasses, sont tout à fait accessibles. Un présent qui ravira les amateurs de café autant que ceux qui privilégient les beaux objets de qualité. Disponibles dans une grande variété de couleurs dans les points de vente et sur le site Le Creuset.

Photo : Terra Cognita

Photo : Terra Cognita

Perles de vinaigre Pixo

Ces curieuses petites sphères de gélatine, issues de la cuisine moléculaire, contiennent du vinaigre de cidre. Elles peuvent être ajoutées à une multitude de plats, des bouchées aux grillades, en passant par les salades et… les cocktails. Une découverte qui ne coûte que quelques dollars, mais qui impressionnera tout le monde. Disponibles sur le site de Terra Cognita.

Photo : Kusmi

Photo : Kusmi

Coffret Miniatures Les Russes Kusmi Tea

La réputation de cette maison n’est plus à faire. Dans cet assortiment, cinq petits pots de thés à base d’Earl Grey : Prince Wladimir, au goût d’agrumes, de vanille et d’épices, Anastasia, un mélange de citron et de fleur d’oranger, St-Pétersbourg, aux arômes de caramel et de fruits rouges, Bouquet de Fleurs Numéro 108, au parfum d’agrumes et de fleurs, ainsi que Troïka, à l’orange et à la mandarine. À déguster en écoutant Casse-Noisette de Tchaïkovski pour une expérience complète. Disponible dans les points de vente et sur le site de Kusmi.

Texte : Karine Tessier

FreeSTockPhotoGlitterLoveFromGinger2013

Les disquaires, les librairies, les boutiques techno sont des passages obligés lorsque vient le temps de faire son shopping des Fêtes. On est sûr d’y dénicher de quoi plaire à notre famille ou nos amis. Voici quelques-uns des coups de cœur de Fragments Urbains, tous à moins de 100 $.

Photo : roxannelowit.tumblr.com

Photo : roxannelowit.tumblr.com

Livre Yves Saint Laurent de Roxanne Lowit

C’est en 1978 que la photographe new-yorkaise Roxanne Lowit rencontre pour la première fois le designer Yves Saint Laurent. Ils sont restés proches jusqu’à la mort du couturier, en 2008. Dans ce bouquin, Lowit nous propose, en plus de 200 clichés, les créations de YSL, les coulisses de ses défilés, ses muses et ses inspirations. Et c’est le compagnon et partenaire d’affaires de Saint Laurent, Pierre Bergé, qui signe la préface de cette publication. Superbe.

Photo : Hachette Book Group

Photo : Hachette Book Group

Livre Live From New York : The Complete Uncensored History of Saturday Night Live as Told by Its Stars, Writers and Guests de James Andrew Miller et Tom Shales

Publié pour la première fois à l’occasion du 30e anniversaire de cette émission de télévision culte, ce livre racontait les péripéties de ses stars, devant et derrière la caméra. Dix autres années sont passées depuis la parution. Les auteurs sont donc retournés au studio 8H pour recueillir d’autres confidences, et ainsi ajouter plus de 100 nouvelles pages à leur bouquin. Sans contredit un must pour les fans de ce show d’humour du samedi soir.

Photo : Warner Bros. Studios

Photo : Warner Bros. Studios

Coffret DVD The Exorcist : The Complete Anthology

Pour les amateurs d’horreur ou tout simplement les collectionneurs de classiques du septième art, voici la série complète de la franchise The Exorcist. D’abord, le premier film, réalisé par William Friedkin en 1973, en version originale et en version augmentée. Aussi, les deuxième et troisième films. Finalement, les deux antépisodes, dirigés par deux cinéastes différents. De quoi donner des frissons pendant plusieurs heures!

Coque à iPhone Givenchy à imprimé Madonna

Vous avez autour de vous une amoureuse de la griffe Givenchy? Cet étui à téléphone intelligent fera palpiter son coeur. On y reconnaît la signature du directeur artistique de la maison, l’Italien Riccardo Tisci : le romantisme sombre, le noir, une touche métallique et les icônes religieuses. So chic!

Photo : Éditions Cardinal

Photo : Éditions Cardinal

Livre Quartier disparus de Catherine Charlebois et Paul-André Linteau

Pour vos proches férus d’histoire ou les Montréalais purs et durs, l’ouvrage de Catherine Charlebois et Paul-André Linteau est une valeur sûre. À l’intérieur, des témoignages et des photos d’archives, pour la plupart inédites, racontent trois quartiers de la métropole disparus : le Red Light, le Faubourg à m’lasse, ainsi que Goose Village. Précieux.

Coffret CD et DVD Live in Dublin de Leonard Cohen

Dance Me to the End of Love, Everybody Knows, Suzanne, Hallelujah, First We Take Manhattan… Elles y sont toutes. Cette captation du monstre sacré Leonard Cohen sur scène en septembre 2013, pendant sa tournée mondiale, est exceptionnelle. Offrir ou s’offrir ce coffret, voilà une merveilleuse façon de célébrer le 80e anniversaire de ce grand, très grand poète montréalais.

Photo : Rifle Paper Co.

Photo : Rifle Paper Co.

Carnets Rifle Paper Co.

On a beau collectionner les appareils à la fine pointe de la technologie, reste que les carnets et bloc-notes sont toujours pratiques et possèdent un charme indéniable. Ceux-ci ne font pas exception! Délicate et féminine, la papeterie Rifle Paper Co. est disponible dans plusieurs points de vente et sur son site Web.

Photo : Guides Ulysse

Photo : Guides Ulysse

Livre Le Tour du monde à Montréal de Linda Aïnouche

Pourquoi ne pas jouer au touriste dans sa propre ville? C’est ce que nous propose l’auteure de ce bouquin, publié aux réputées éditions Guides Ulysse. Linda Aïnouche nous emmène faire avec elle le tour des insitutions culturelles, lieux de culte, restaurants, épiceries, boutiques et autres lieux de sorties d’une soixantaine de communautés culturelles vivant sur l’île de Montréal. S’ajoutent à tout ça les impressions et bonnes adresses de Boucar Diouf, Kim Thuy, François Bugingo ou Marco Calliari. Une jolie façon de redécouvrir sa ville et de profiter au maximum de sa richesse culturelle.

Photo : SODEP

Photo : SODEP

Abonnement au magazine Art Le Sabord

Cette revue publiée à Trois-Rivières depuis 1983 offre à ses lecteurs des créations littéraires et visuelles, surtout de la poésie et de l’art contemporain. Pour chaque parution, des écrivains francophones et des artistes de partout sur le globe se réunissent autour d’un thème : le renoncement, la transmission, les cinq sens… Une très chouette découverte à faire. Pour s’abonner, on visite le site de la Société de développement des périodiques culturels québécois.

Photo : shop.garancedore.fr

Photo : shop.garancedore.fr

Calendrier Garance Doré 2015

Toute fashionista qui se respecte connaît la blogueuse, photographe et illustratrice Garance Doré. Pour accompagner les modeuses et les inspirer tout au long de 2015, voici un calendrier tout aussi charmant qu’élégant, dans lequel sont rassemblés certains des plus beaux croquis publiés sur le site Internet de la it girl française. Disponible dans la boutique en ligne de Garance Doré.

Photo : Abrams Books

Photo : Abrams Books

Cahier à colorier Bun B’s Rap Coloring and Activity Book de Shea Serrano et Bun B

Un cadeau parfait pour les… grands enfants fans de hip-hop. Des mots mystères, des dessins à colorier, des labyrinthes, des jeux de mots, tout ça mettant en vedette des stars de la musique urbaine, de Drake à Questlove, en passant par LL Cool J et Ice-T. Jouissif.

Photo : iStore

Photo : iStore

Housse à iPad Anchor de Herschel

On aime à la folie les collections de cette compagnie canadienne, composées d’items durables à imprimés de pois, de camouflage ou de petits chevaux. Cette housse rembourrée protégera votre tablette électronique, en plus de vous donner un look d’enfer. Disponible à la boutique iStore et sur son site Web.

Photo : iStore

Photo : iStore

Clé USB Despicable Me

Il y a des semaines où on aimerait bien avoir à notre disposition une armée de Minions pour arriver à terminer notre to-do list. Pour ça, on ne peut pas vous aider. Par contre, vous pourrez avoir avec vous en tout temps vos documents importants grâce à cette trop mignonne clé USB à l’effigie des petits bonhommes jaunes des films Despicable Me. Disponible à la boutique iStore et sur son site Web.

Photo : Éditions Somme Toute

Photo : Éditions Somme Toute

Livre 40 ans de vues rêvées : L’imaginaire des cinéastes québécoises depuis 1972, collectif

La vie rêvée de Mireille Dansereau, sorti en salles en 1972, est le premier long métrage de fiction réalisé par une Québécoise. De nos jours, elles sont plus d’une soixantaine à nous faire rêver, pleurer, rire et réfléchir avec leurs oeuvres. Un collectif a eu l’idée d’offrir aux cinéphiles ce livre, composé d’une succession de rencontres avec les cinéastes québécoises, question d’en apprendre plus sur leur parcours, leurs sources d’inspiration et les thèmes qu’elles abordent dans leurs vues. Un recueil touchant et qui pousse à l’action.

Texte : Karine Tessier

ChristmasTreeFreeStockPhotoLFG

Pour vos petits trésors, voici des présents qu’on trouve franchement craquants. Des trouvailles qui feront de vous un adulte très, très cool, toutes à moins de 100 $.

Photo : Des Enfantillages

Photo : Des Enfantillages

Jeu de mémoire Des Enfantillages

Un gros, gros coup de coeur. Les pièces en bois, fabriquées et peintes à la main à Montréal, représentent des personnages à la bouille sympathique qu’il faut associer. Un jouet durable, d’une belle qualité, créé par des artistes de chez nous. Disponible dans la boutique en ligne Des Enfantillages.

Photo : Bellemine

Photo : Bellemine

Pièces thermocollantes Bellemine

Pour donner un peu de personnalité aux vêtements des enfants (ou camoufler taches et déchirures), ces items sont la solution idéale! Fabriquées à Montréal, les pièces sont tellement mignonnes qu’on a aussi envie d’en appliquer sur notre garde-robe! Et… pourquoi pas? Disponibles dans plusieurs points de vente et sur le site de Bellemine.

Photo : Joe Fresh

Photo : Joe Fresh

Tuque pingouin pour bébé Joe Fresh

Ce petit bonnet chiné à tête de pingouin, doublé en molleton, est à la fois super chaud et adorable. Comme le reste de la collection Joe Fresh, il est aussi vraiment pas cher! Disponible dans les points de vente et sur le site de Joe Fresh.

Photo : Yoga Monde

Photo : Yoga Monde

CD Relaxations pour enfants guidées par Nicole Bordeleau

Voilà un présent aussi charmant que pratique pour les parents! La réputation de Nicole Bordeleau n’est plus à faire en matière de yoga et de méditation. Sur cet album, elle présente aux enfants de deux à 10 ans de petits contes musicaux, qui ont pour but de favoriser la détente et le sommeil, mais aussi d’apaiser la peur et l’agressivité, de soulager la douleur physique, et d’augmenter la concentration. En vous procurant le disque, vous faites une pierre deux coups puisque 1 $ sera versé à la Fondation Charles-Bruneau. Une petite attention qui fait beaucoup de bien. Disponible dans les magasins de disques et librairies, ainsi que dans la boutique en ligne de Yoga Monde.

Photo : Joe Fresh

Photo : Joe Fresh

Chemise de nuit pour petite fille Joe Fresh

Ce vêtement de nuit en molleton à l’imprimé noir et néon ravira les fillettes coquettes. Et son petit prix vous séduira aussi! Disponible dans les points de vente et sur le site de Joe Fresh.

Photo : La Baie d'Hudson

Photo : La Baie d’Hudson

Cardigan pour bébé La Baie d’Hudson

Un de nos items favoris dans la vaste et très prisée Collection HBC, aux rayures multicolores classiques. Maintenant, essayez de ne pas acheter également la version pour adulte pour vous. Disponible dans les magasins et la boutique en ligne La Baie d’Hudson.

Photo : Globe-Trotteurs Juniors

Photo : Globe-Trotteurs Juniors

Abonnement à Globe-Trotteurs Juniors

Pour les futurs voyageurs, c’est le cadeau idéal. Chaque coffret contient un passeport, des autocollants, un cahier thématique, des cartes postales, des lettres et une surprise. Vous avez le choix d’offrir un abonnement de un, trois ou cinq pays. Aussi ludique qu’enrichissant. Costa Rica, Bahamas, Kenya, Indonésie, France… par quelle destination commencerez-vous? Disponible sur le site de Globe-Trotteurs Juniors.

Photo : Electrik Kidz

Photo : Electrik Kidz

Pyjama pour bébé et enfant Passe-Partout Electrik Kidz

Ces versions miniatures des célèbres tenues de Passe-Montagne, Passe-Carreau et Passe-Partout attendriront à coup sûr les cœurs des parents trentenaires. Fabriqués au Québec, dans du coton bio et imprimés avec de l’encre à base d’eau, ces pyjamas représentent également un choix éthique. Une raison de plus pour succomber. Disponibles dans les points de vente et sur le site d’Electrik Kidz.

Photo : Gamine & Cie

Photo : Gamine & Cie

Poupée Gamine & Cie

Toute douce, Mirlou est une poupée de chiffon fabriquée avec amour par la Québécoise Catherine Gingras et elle réconfortera les enfants. Sachez qu’elle a de nombreux frères et sœurs. En effet, sur le site de la griffe, on y déniche des dizaines de personnages de tissu tous plus mignons les uns que les autres: des garçons, des filles, des plus bronzés et d’autres au teint de lait. Disponibles dans les points de vente et sur le site de Gamine & Cie.

Texte : Karine Tessier

FreeSTockPhotoChristmasTreesLFG

Pour les modeurs et modeuses de votre entourage, voici des objets de désir qui feront palpiter leur cœur. Des valeurs sûres qui plairont aux classiques comme aux excentriques, toutes à moins de 100 $.

Photo : Coloré Design

Photo : Coloré Design

Nœud papillon Coloré Design

Mettez la main sur une des pièces uniques de cette griffe montréalaise, faites à partir de tissus traditionnels africains et antillais. Des accessoires éclatants qui ont déjà fait craquer l’auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet. Disponibles dans plusieurs points de vente et la boutique Etsy de Coloré Design.

Photo : Bella Pella

Photo : Bella Pella

Bain moussant camomille et Earl Grey Bella Pella

Depuis 10 ans, cette entreprise québécoise nous propose des soins pour le visage et le corps presque tous faits à la main, d’inspiration italienne. Ce bain moussant, qui fleure bon la camomille et le thé Earl Grey, diffuse dans la salle de bain un parfum doux et apaisant. Le lait de chèvre et l’extrait de camomille qu’il contient, quant à eux, hydratent la peau, un must pendant les mois d’hiver. Disponible dans les boutiques Bella Pella.

ChaussettesPaulSmith_HarryRosen

Photo : Harry Rosen

Chaussettes Paul Smith

Pour le gars stylé, un accessoire de luxe pile dans la tendance! Un imprimé floral raffiné sur fond Marsala, LA couleur de 2015 selon la société Pantone, une confection italienne, l’absence de bourrelet de couture aux orteils pour un confort maximum. Disponibles dans les succursales et la boutique en ligne Harry Rosen.

Photo : Firebox

Photo : Firebox

Sels de bain Bathing Bad

Vous avez dans votre cercle des accros (!) à la série américaine Breaking Bad? Ce cadeau est pour eux! Ces cristaux ressemblent en tous points aux sacs de crystel meth vus dans l’émission culte… mais ne feront PAS fondre la baignoire de vos proches. Et leur utilisation ne provoque aucun effet secondaire. Les sels de bain bleus sont composés de gros sel et d’huiles essentielles bio, un cocktail relaxant qui fera le délice de votre télévore favori. Disponibles en ligne sur le site Firebox.

Photo : Lululemon

Photo : Lululemon

Serviette en microfibre Lululemon

Pour les hommes comme pour les femmes, cette petite serviette douce et hyper absorbante est un must quand on fait du sport. Durable et lavable à la machine, elle est disponible en couleur neutre ou vive dans les boutiques Lululemon et sur leur site Internet.

Photo : Sephora

Photo : Sephora

Le coffret Give Me More Lips de Sephora

Cet ensemble de produits pour les lèvres séduira assurément les passionnées de maquillage, mais est aussi parfait pour celles qui en sont à leurs débuts. Avec ses 17 pièces (crayons, gloss, rouges à lèvres) regroupées par teinte (nude, rose, rouge, baie), cette boîte est notre coup de coeur de la saison chez Sephora. Parmi les marques qu’on y retrouve: Fresh, Tarte, Make Up For Ever, Laura Mercier et Benefit. Disponible en ligne et dans les boutiques Sephora.

TuqueArborist_DrakeGeneralStore

Photo : Drake General Store

Tuque Police Montée Arborist

Comment ne pas fondre devant ce bonnet orné de petits Mounties façon 8 bits? À magasiner dans la boutique en ligne du très chouette Drake General Store, où sont rassemblés des tonnes d’articles trop cool pour les petits, les grands et la maison.

Pulsar)SpaOvarium

Photo : Spa Ovarium

Une séance Pulsar au Spa Ovarium

Vous aimez offrir des massages à vos proches? Cette fois, optez plutôt pour l’expérience son et lumière Pulsar. Après avoir enfilé des écouteurs et des lunettes munies de lumières DEL, on se détend, pendant que les fréquences produites par les appareils favorisent la relaxation, la méditation et la créativité. Plusieurs programmes Pulsar sont proposés, selon nos besoins. À essayer au Spa Ovarium de Montréal.

Photo : Luxetto

Photo : Luxetto

Bracelet Luxetto

Aussi féminins que rock-and-roll, les bijoux de cette marque montréalaise sont faits à la main, avec des matériaux de qualité. Le genre d’accessoires au look polyvalent et intemporel qu’on porterait tous les jours. Disponible dans plusieurs points de vente et sur le site de Luxetto.

Photo : Sephora

Photo : Sephora

Savon Neroli Portofino de Tom Ford

Votre compte de banque ne contient pas les milliers de dollars nécessaires pour offrir un complet Tom Ford à votre amoureux pour Noël? Rabattez-vous sur ce savon parfumé aux agrumes, à la fleur d’oranger et à la lavande. Un petit luxe dont vous profiterez autant que lui. ;-) Disponible dans les boutiques et sur le site de Sephora.

Photo : Alex and Ani

Photo : Alex and Ani

Bague extensible Alex and Ani

On fond littéralement devant les parures de cette griffe! D’abord, pour leur allure féminine. Ensuite, pour le message qu’elles transmettent. Cette jolie bague ornée d’une croix, par exemple, est un symbole de vie, d’union et d’immortalité. Et, la cerise sur le sundae, les bagues Alex and Ani sont extensibles. Parfait si vous n’êtes pas certain de la taille que porte la destinaire. Disponible dans plusieurs points de vente et sur le site de Alex and Ani.

Photo : Sephora

Photo : Sephora

Rouge Givenchy

Un objet précieux… et ultra sexy! Présentée dans une vaste sélection de teintes, du nude le plus sage au rouge le plus flamboyant, cette formule semi-matte longue durée est une valeur sûre. Et comme si ce n’était pas assez, la couleur est frappée du logo de la célèbre maison de couture et entourée d’un tube en cuir véritable. Il s’agit d’ailleurs du tout premier rouge à lèvres vendu dans cette matière luxueuse. Disponible dans les boutiques et sur le site de Sephora.

Photo : The Face Shop

Photo : The Face Shop

Masques The Face Shop

Cette marque coréenne, présente dans 29 pays, s’est établie chez nous il y a quelques mois. Les masques en tissu qu’on trouve dans ses boutiques ne vous coûteront que 2 $ chacun. À ce prix, ce serait bête de s’en passer! Il ne vous reste plus qu’à choisir parmi la douzaine de variétés offertes: hydratant, purifiant, éclaircissant, rafraîchissant, au miel, à la grenade, à l’avocat, à l’huile d’olive, au citron… Disponibles dans les boutiques The Face Shop.

Photo : Sephora

Photo : Sephora

Huile d’argan 100 % pure Josie Maran

On aime cet hydratant multiusage pour son efficacité, sa polyvalence, mais également les valeurs qu’il véhicule. Disponible en plusieurs formats, dans des flacons de verre recyclables, cette huile est achetée directement à des coopératives de femmes au Maroc, qui travaillent avec l’UNESCO. Un présent qui fait du bien à notre peau, à nos cheveux… et à notre coeur. Disponible dans les boutiques et sur le site de Sephora.

Photo : Yves Rocher

Photo : Yves Rocher

Gels douches Jardins du monde de Yves Rocher

Grenade d’Espagne, Vétiver d’Haïti, Karité d’Afrique, Thé vert de Chine, Amande de Californie… Les savons liquides de cette marque bien connue des Québécois sont tous aussi séduisants les uns que les autres. Une façon de faire le tour du monde à très petit prix. Et vous avez l’embarras du choix puisque la collection est composée de plus d’une quinzaine de parfums enivrants. Disponibles dans les boutiques et sur le site de Yves Rocher.

Photo : Kiehl's

Photo : Kiehl’s

Ensemble Essentiels pour lui de Kiehl’s

Dans cette fort jolie boîte, tout ce qu’il faut pour chouchouter votre papa ou votre amoureux de la tête aux pieds. On adore les petits formats pour découvrir de nouveaux produits, pour les voyages ou encore pour le sac de sport. Le coffret comprend un savon exfoliant pour le corps, un nettoyant et un hydratant pour le visage, une crème à raser, et un baume pour les mains. Disponible dans les boutiques et sur le site de Kiehl’s.

 

CRITIQUE DE LE PAS DE LA PORTE DE KARINE VAN AMERINGEN ET IPHIGÉNIE MARCOUX-FORTIER

Texte : Véronique Bonacorsi

Le_Pas_de_la_porte_figurines

La mort. Le trépas. Le dernier passage. Autant d’expressions pour désigner la chose essentiellement commune à toute existence humaine. Mais avant que tout s’arrête, chacun apprivoise à sa manière la fin, donnant lieu parfois à des rituels en marge de l’effrayante industrie grandissante de la mort. Le tandem de documentaristes Karine Van Ameringen et Iphigénie Marcoux-Fortier explore quelques-uns de ces sentiers incongrus dans Le Pas de la porte. Discours intime sur la préparation pour le plus grand inconnu.

Le_Pas_de_la_porte_réalisatrices

Les cinéastes Karine Van Ameringen et Iphigénie Marcoux-Fortier.

Comment l’envie de parler d’un thème si tabou naît-elle? En 2003, alors qu’elles tournaient leur premier film au Mexique, le duo de scénaristes-réalisatrices a pu assister à de traditionnelles funérailles mexicaines. Un véritable choc culturel : loin des coutumes sobres et mélancoliques, ce moment de commémoration prend la forme d’une fête. Dans une atmosphère enjouée, on célèbre nos défunts, on mange sur leur tombe… Là-bas, on embrasse l’aboutissement de la vie.

Le_Pas_de_la_porte_Mexique

Et s’il existait aussi chez nous des approches de prime abord inusitées? Ou sommes-nous tous tombés dans le standard de la mort « prête à porter »? Comment vit-on la fin? S’ensuit le tourbillon infini de questions qui incombe le sujet.

Dans des régions plus décentrées de la province, quatre histoires nous amènent à réfléchir sur le grand potentiel mortuaire que possèdent les Québécois. On fait connaissance avec Gilles et Gaétane, un couple propriétaire d’un salon mortuaire familial qu’il s’apprête à vendre. Avec Lucienne, une femme approchant de ses 80 ans, qui prépare ses préarrangements funéraires avec une relative bonne humeur. Puis, nous accompagnons Diane Huguette dans son processus de fabrication de son propre cercueil, aidée de ses proches. Enfin, Nadia doit naviguer à travers les responsabilités et les émotions qu’engendre la perte de sa mère, sans oublier ses devoirs familiaux.

Le_Pas_de_la_porte_thanato

Le_Pas_de_la_porte_cercueil

Grâce au documentaire Le Pas de la porte, le spectateur découvre des protagonistes, tout simples, dont le rapport avec l’inévitable trépas peut sembler surprenant. Leurs rituels, non conformes à ceux de l’industrie, nous révèlent les possibilités alternatives qui s’offrent à nous. Tandis que les personnages partagent ces moments uniques, Van Ameringen et Marcoux-Fortier nous proposent une suite de tableaux de vie dans lesquels on dévoile la normalité dans leurs approches. À travers la réalisation et la cinématographie se dégage un regard serein sur un sujet souvent nié. L’absence de musique extradiégétique – un choix judicieux – permet au public de ressentir la tristesse inhérente de la chose, mais sans effrayer ou angoisser. Les scènes d’archives personnelles soulignent d’autant plus la véracité fascinante des instants poignants d’intimité.

Le_Pas_de_la_porte_cimetière

Karine Van Ameringen et Iphigénie Marcoux-Fortier réussissent ici à désamorcer quelque peu les craintes face à la mort, car elles plongent dans ses douleurs, sa spiritualité. Cette coréalisation, qui a pris cinq ans à se construire, nous montre que le sujet mérite d’être discuté plutôt qu’évité. Comme quoi la mort n’a pas nécessairement à se vivre en solitaire.

Récipiendaire du Prix du public Télé-Québec, Le Pas de la porte a été projeté aux Rendez-vous du cinéma québécois, ainsi qu’au Festival de cinéma de la ville de Québec. Le documentaire long métrage est maintenant disponible en DVD sur le site Internet de Vidéo Femmes.

Site Web officiel du film : www.lesglaneuses.org/lepasdelaporte

Texte : Karine Tessier

Photos : S.E. Amesse

Marche_zombies_affiche

Le 25 octobre dernier a eu lieu la quatrième Marche des zombies de Montréal. De plus en plus populaire, l’événement a rassemblé cette année plus de 12 000 personnes maquillées et costumées, qui ont déambulé dans les rues de la métropole en grognant ou en rampant.

Les Québécois sont loin d’être les seuls à prendre part à ces manifestations de morts-vivants. Plusieurs grandes villes sur la planète organisent de telles célébrations, de Toronto à Londres, en passant par Mexico, Singapour et Stockholm.

Fragments Urbains était de la fête. Voici certaines des étranges créatures que nous avons croisées à cette occasion.

Site Web officiel de la Marche des zombies de Montréal : http://montrealzombiewalk.com/fr

Marche_zombies_2014_1

Marche_zombies_2014_2

Marche_zombies_2014_3

Marche_zombies_2014_4

Marche_zombies_2014_5

Marche_zombies_2014_6

Marche_zombies_2014_7

Marche_zombies_2014_8

Marche_zombies_2014_10

Marche_zombies_2014_11

Marche_zombies_2014_13

Marche_zombies_2014_14

Marche_zombies_2014_15

Marche_zombies_2014_17

Marche_zombies_2014_18

Marche_zombies_2014_19

Marche_zombies_2014_21

Marche_zombies_2014_22

Marche_zombies_2014_23

Marche_zombies_2014_24

Marche_zombies_2014_25

Marche_zombies_2014_26

Marche_zombies_2014_27

Marche_zombies_2014_28

Marche_zombies_2014_30

Marche_zombies_2014_31

Marche_zombies_2014_32

Marche_zombies_2014_29

CRITIQUE DE LOVE PROJET DE CAROLE LAURE

Texte : Véronique Bonacorsi

Love_Projet_affiche

Montréal d’aujourd’hui. Nid d’une jeunesse confrontée aux innombrables possibilités que lui propose une cité en ébullition culturelle. Avec Love Projet, la cinéaste québécoise Carole Laure offre sa mosaïque d’une génération Y en mal d’affection, trouvant du réconfort dans l’art.

Photo : Les Films Séville

Photo : Les Films Séville

Réunis autour de la metteure en scène Touga (Céline Bonnier) pour un projet multidisciplinaire, une douzaine de jeunes créateurs vivent au rythme de leurs inspirations et angoisses, typiques des adultes de mi-vingtaine à début trentaine. Louise (Magalie Lépine-Blondeau) est en mission pour sauver sa petite sœur adoptive du gouffre de la drogue. Alex (Benoît McGinnis), épris de Louise, passe la plupart de son temps libre à s’occuper de son père affaibli. Mère d’un petit garçon qu’elle délaisse, Julie (Natacha Filiatrault) tente par la thérapie de se sortir du cycle des aventures d’un soir et de retrouver confiance en elle. Pendant que leurs corps, leurs voix s’entrelacent harmonieusement sous les projecteurs, les relations de ces aspirants artistes montréalais, entre eux comme en dehors de la scène, palpitent de manière tumultueuse.

Photo : Les Films Séville

Photo : Les Films Séville

À l’image de ses protagonistes touche-à-tout, la scénariste et réalisatrice de Love Projet a mené une carrière au pluriel, passant auparavant par le jeu et le chant. Un rapport intime à la musique que Laure parvient à exprimer à travers sa quatrième réalisation cinématographique, d’autant plus que la bande originale fut composée par son conjoint, Lewis Furey. Même leur fils Tomas (l’interprète du personnage d’Eliott) a écrit quelques pièces pour le film.

Love_Projet_Carole_Laure

Photo : Les Films Séville

De cette collaboration familiale résulte une ambiance envoûtante, presque de transe, qui enveloppe le scénario du début à la fin. La bande sonore moderne exacerbe l’aspect théâtral de la vie des personnages. Les chorégraphies complexes, intentionnellement imparfaites, où les danseurs s’agrippent, se débattent, reflètent le besoin acharné du contact humain de ces jeunes. Laure tenait à démontrer cette théâtralité que semble avoir adoptée la génération de ses enfants. Ils vivent aussi intensément qu’ils jouent. Mais bien qu’il ne s’agisse pas ici d’une comédie musicale, la présence de la musique enterre parfois la dramatique, déjà trop dispersée entre les nombreuses intrigues.

Photo : Les Films Séville

Photo : Les Films Séville

Une distribution multitalentueuse était requise pour réussir ce portrait crédible du domaine des arts. Ce sont donc bien les acteurs du film que l’on voit exécuter tous les numéros. Un groupe de visages frais, chacun accomplissant l’exigeante tâche de façon impressionnante. Par ailleurs, il faut souligner la présence étincelante de Natacha Filiatrault, nouvelle venue au grand écran, qui parvient à rendre sympathique sa Julie si complexée.

Photo : Les Films Séville

Photo : Les Films Séville

Love Projet de Carole Laure expose des personnages intéressants, vrais, qui résonnent sûrement plus avec le spectateur vivant cet angoissant passage à l’âge adulte. Mais en voulant présenter son hommage à la jeunesse, la réalisatrice a été un peu trop ambitieuse, en tentant d’incorporer le plus de relations emblématiques possible de cette quête d’amour contemporaine. Nous imaginons plus facilement ces histoires déployer leurs ailes narratives grâce au format d’une série télé.

La première mondiale de Love Projet a eu lieu en octobre dernier, lors de la tenue du Festival du nouveau cinéma à Montréal. Le film est à l’affiche dans les salles de cinéma québécoises depuis le 24 octobre 2014.

Texte : Karine Tessier

Expo_Musique_McCord_Affiche

Des chansons d’amour, de contestation, de célébration, d’affirmation. Des mélodies folk, hip-hop, rock, disco, yéyé, d’ici ou d’ailleurs. Et, à travers ces mots et ces notes, l’histoire de la Belle Province, des années 1960 à aujourd’hui. C’est ce que nous propose le Musée McCord avec son exposition Musique – Le Québec de Charlebois à Arcade Fire, présentée jusqu’au 13 octobre 2014. L’occasion toute indiquée pour replonger dans ses souvenirs ou découvrir les rythmes qui ont enchanté les générations qui nous ont précédés. Voici, en 5 mots clés, le compte rendu de notre visite.

Audioguide. Un must! Tout en admirant pochettes de disque et instruments, vous pourrez écouter une centaine de pièces sous forme d’extraits ou en version intégrale. Vous n’êtes toujours pas rassasié à votre sortie? Procurez-vous la compilation exclusive au musée, en vente à la boutique.

Photo : Marylin Aitken, Musée McCord

Photo : Marylin Aitken, Musée McCord.

Robe signée Rudi Gernreich, vers 1969. Photo : Musée McCord.

Légèreté. À l’entrée de l’exposition, on est accueilli par les couleurs vives et les tubes pétillants de l’époque yéyé. Décennie de folie et de démesure, les années 1960 verront également la naissance du star system. Et si les minijupes des groupies raccourcissent à vue d’œil, les lecteurs de musique, eux, deviennent portatifs. Un premier pas vers le baladeur et le lecteur MP3.

Tourne-disque portatif, vers 1970. Photo : Musée McCord.

Tourne-disque portatif, vers 1970. Photo : Musée McCord.

Engagement. De la Révolution tranquille au Printemps érable, nombreux ont été les musiciens d’ici à entonner des chants engagés. Ils le font pour revendiquer de meilleures conditions de vie, contester des décisions politiques ou partager une quête identitaire. Comme l’a affirmé Robert Charlebois, lors de sa visite au Musée McCord en juillet dernier, « si l’on veut en savoir plus sur l’histoire d’un peuple ou d’une nation, on en apprend plus à travers les chansons que par tous les discours politiques mis bout à bout. »

Manuscrit Les Géants, de Loco Locass, 2003. Photo : Musée McCord.

Manuscrit Les Géants, de Loco Locass, 2003. Photo : Musée McCord.

Manuscrit. Parmi les 200 objets que contiennent les salles de l’exposition, quelques pages très spéciales. Sur le papier, sont couchés les mots de l’émouvante « Gens du pays », écrite par Gilles Vigneault quelques semaines à peine avant la Fête nationale de 1975. Un des coups de cœur des deux porte-parole de l’événement, Sébastien Desrosiers et Mouffe.

Guitare de Richard Séguin, vers 1980. Photo : Musée McCord.

Guitare de Richard Séguin, vers 1980. Photo : Musée McCord.

Photo : Marylin Aitken, Musée McCord.

Photo : Marylin Aitken, Musée McCord.

Créativité. L’imagination débordante des artistes québécois s’exprime tout autant dans leurs tenues de scène et la conception de leurs spectacles. Les fashionistas d’hier et d’aujourd’hui frissonnent devant les créations sculpturales de Michel Robidas pour la diva Diane Dufresne et les vêtements griffés portés par Céline Dion partout sur le globe.

Costume de scène de Rufus Wainwright, signé ZALDY, 2010. Photo : Musée McCord.

Costume de scène de Rufus Wainwright, signé ZALDY, 2010. Photo : Musée McCord.

Robe de Céline Dion, signée Versace, vers 2008. Styliste : Annie Horth. Photo : Musée McCord.

Robe de Céline Dion, signée Versace, vers 2008. Styliste : Annie Horth. Photo : Musée McCord.

Et la mise en scène des spectacles en met plein la vue aux fans venus applaudir leurs idoles. Certaines performances sont restées gravées dans les mémoires. On pense à L’Osstidcho en 1968, qui mettait notamment en vedette Mouffe. À 1 fois 5 qui, lors de la Fête nationale de 1976, a réuni sur les plaines d’Abraham, puis sur le mont Royal les Charlebois, Vigneault, Léveillée, Deschamps et Ferland. Et, plus récemment, au duo enflammé composé des légendes Oscar Peterson et Oliver Jones au Festival international de jazz de Montréal en 2004.

Lunettes de Dédé Fortin, vers 1995. Photo : Musée McCord.

Lunettes de Dédé Fortin, vers 1995. Photo : Musée McCord.

Ils ont dit…

« Le passé n’a pas été oublié. Mais l’histoire est formatée. On doit prendre du recul, digérer les manifestations culturelles des 20 ou 30 dernières années, poser un nouveau regard sur les œuvres. Et revaloriser notre patrimoine. »

-Sébastien Desrosiers, historien de l’art et animateur à CIBL, membre du comité consultatif et coporte-parole de l’exposition.

« Nous avons un devoir de transmission face aux jeunes. Quand j’ai commencé dans le métier, personne ne m’a dit quoi faire. Aujourd’hui, j’aide les jeunes artistes, pour qu’ils puissent en quelque sorte gagner du temps. Être une marraine, c’est ma vocation. »

-Mouffe, comédienne, chanteuse, auteure et metteure en scène, membre du comité consultatif et coporte-parole de l’exposition.

Site Web officiel du Musée McCord : http://www.mccord-museum.qc.ca/