Articles Tagués ‘Léa Seydoux’

CRITIQUE DE JUSTE LA FIN DU MONDE, DE XAVIER DOLAN

Texte : Véronique Bonacorsi
Juste_la_fin_du_monde_affiche

Rien ne se compare aux douleurs que nous cause la famille. Dans ce qu’il déclare être son « plus beau film », le célébré cinéaste québécois Xavier Dolan explore avec Juste la fin du monde les ravages d’un huis clos familial dont les êtres ne parviennent pas à communiquer.

Le temps d’un après-midi, Louis (Gaspard Ulliel), un dramaturge accompli, retourne voir sa famille, avec laquelle il n’a pas eu de contact en 12 ans. Appréhensions, fébrilité, doutes et tensions accueillent le jeune auteur, qui doit annoncer à sa mère (Nathalie Baye), sa sœur cadette qu’il connaît à peine, Suzanne (Léa Seydoux), son frère colérique, Antoine (Vincent Cassel), et sa belle-sœur qu’il n’a jamais vue, Catherine (Marion Cotillard), que la maladie l’emportera bientôt hors de ce monde.

Juste_la_fin_du_monde_Ulliel

Adapter pour le cinéma la pièce dramatique Juste la fin du monde, écrite par Jean-Luc Lagarce, n’est pas immédiatement venu à l’esprit de Xavier Dolan lorsque son amie et régulière collaboratrice Anne Dorval la lui a fait découvrir au début de la décennie. Ce n’est que quelques années plus tard, après le succès de Mommy, que ce texte exempt de didascalies et rempli de costauds monologues allait devenir la prochaine aventure du réalisateur-scénariste-monteur-acteur.

Comme J’ai tué ma mère et Mommy, le petit dernier de Dolan traite des relations familiales conflictuelles. Mais contrairement à ses prédécesseurs, Juste la fin du monde manque quelque peu la cible dans la livraison de son message par l’inclinaison de son réalisateur à vouloir trop en faire. Les gros plans – quoique les images d’André Turpin sont magnifiques – et l’omniprésence de la musique  –  l’œuvre de Gabriel Yared, le même compositeur que pour Tom à la ferme  – tendent à enterrer l’émotion plutôt qu’à l’exacerber. Déjà que les dialogues sont très verbeux, la conjugaison de leur hyperthéâtralité et des procédés cinématographiques crée un certain chaos pour le spectateur non averti.

Juste_la_fin_du_monde

Cependant, il faut concéder que ce spectacle exigeant auquel se retrouve confronté le public correspond très justement au climat de tension dans lequel baignent les protagonistes. Heureusement, leurs interprètes démontrent une maîtrise exemplaire de leur jeu. La violence d’Antoine, joué par Vincent Cassel, autant externe qu’interne, trouble. Dans le rôle principal, Gaspard Ulliel a plus à écouter qu’à dire, mais ses regards sobrement remplis de tristesse transpercent l’écran. Et Nathalie Baye nous offre une véritable transformation en mère à la clairvoyance bouleversante, derrière des allures extravagantes.

Juste_la_fin_du_monde_Cotillard_Dolan_Baye

Le film ne se traduit donc pas exactement en une expérience agréable au premier abord. Les amoureux de théâtre, ou encore d’anthropologie, apprécieront le travail d’analyse de la gestuelle pour comprendre l’essence de l’œuvre. Mais un constat s’impose à tous : même un auteur, un maître des mots, souffre de cette difficulté de l’humain à communiquer les choses qui lui font mal, les choses les plus vraies.

Projeté en première fois au Festival de Cannes l’an dernier, Juste la fin du monde s’y est vu remettre le Grand Prix, ainsi que le Prix du jury œcuménique. Le 24 février dernier, le long métrage a remporté trois statuettes aux César, en France, soit meilleur réalisateur, meilleur acteur (Gaspard Ulliel) et meilleur montage (Xavier Dolan).

Juste_la_fin_du_monde_Seydoux

Juste la fin du monde, de Xavier Dolan, est disponible en DVD au Québec depuis le 7 février 2017. Une œuvre marquante dans la production québécoise 2016, le film est à nouveau présenté en salle aux Rendez-vous du cinéma québécois (RVCQ), qui ont lieu du 22 février au 4 mars à Montréal.

Pour toutes les infos sur les RVCQ : rvcq.quebeccinema.ca

Site Web officiel du film : fr.justelafindumonde.com

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Texte : Karine Tessier

Photos : S.E. Amesse

Affiche La vie d'Adèle

Le réalisateur Abdellatif Kechiche et les actrices Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux ont foulé le tapis rouge du Cinéma Impérial de Montréal lundi dernier pour présenter La vie d’Adèle chapitres 1 et 2, lauréat de la Palme d’Or au dernier Festival de Cannes.

Dans cette adaptation de la bande dessinée Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh, une adolescente de 15 ans voit sa vie basculer le jour où elle croise une artiste aux cheveux bleus, avec qui elle vivra une grande passion.

Il s’agit du cinquième long métrage du cinéaste, qui nous a déjà donné notamment La graine et le mulet et Vénus noire.

De gauche à droite, Claude Chamberlan, cofondateur et directeur de la programmation du Festival du Nouveau Cinéma, le réalisateur Abdellatif Kechiche, les acteurs Jérémie Laheurte, Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos,l'animatrice Marie-Christine Trottier

De gauche à droite, Claude Chamberlan, cofondateur et directeur de la programmation du Festival du Nouveau Cinéma, le réalisateur Abdellatif Kechiche, les acteurs Jérémie Laheurte, Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, l’animatrice Marie-Christine Trottier

Adèle Exarchopoulos, interprète d'Adèle

Adèle Exarchopoulos, interprète d’Adèle

Léa Seydoux, interprète d'Emma

Léa Seydoux, interprète d’Emma

De gauche à droite: Léa Seydoux, Jérémie Laheurte, Adèle Exarchopoulos

De gauche à droite: Léa Seydoux, Jérémie Laheurte,
Adèle Exarchopoulos

La comédienne Magalie Lépine-Blondeau

La comédienne Magalie Lépine-Blondeau

La comédienne Monia Chokri

La comédienne Monia Chokri

La comédienne Catherine Proulx-Lemay

La comédienne Catherine Proulx-Lemay

Le comédien Marc Messier et la présentatrice météo et blogueuse Lyne Ste-Marie

Le comédien Marc Messier et la présentatrice météo
et blogueuse Lyne Ste-Marie

La comédienne Anne-Marie Cadieux

La comédienne Anne-Marie Cadieux

La vie d’Adèle chapitres 1 et 2 d’Abdellatif Kechiche sortira en salles le 9 octobre prochain au Québec.

Site Web officiel du film : laviedadele.com