Articles Tagués ‘photo’

Texte : Véronique Bonacorsi

Le président Charles de Gaulle, Montréal, juillet 1967, de Harry Benson.

Dire la vérité : telle est la mission que s’est donnée le photographe Harry Benson, tout au long de ses six décennies de carrière. Ce don pour capter l’honnêteté spontanée de ses sujets – qu’ils soient musiciens, politiciens ou monarques – a rendu légendaires les portraits de Benson. Une cinquantaine de ces photographies sont présentement rassemblées à la Galerie Got Montréal pour une exposition-vente, la première au Québec, inaugurée en avril dernier en présence de l’artiste.

Arriving, New York, 1964, photo des Beatles de Harry Benson.

De sa ville natale de Glasgow, en Écosse, Harry Benson avait l’ambition de parcourir le monde en tant que journaliste-photographe. Son voyage prévu dans le continent africain en ébullition politique n’a cependant pu se réaliser : Benson fut envoyé suivre la tournée américaine de la nouvelle sensation musicale de l’heure, un petit groupe rock dénommé… The Beatles. D’abord réticent à l’idée de couvrir un sujet si people, le photographe réalisa assez rapidement l’ampleur du phénomène qu’était en train de devenir le quatuor.

Les présidents John F. Kennedy et Charles De Gaulle, Paris, 1961, de Harry Benson.

Ce projet inouï, combiné à une habileté à mettre les gens à leur aise, a indéniablement permis à l’Écossais de percer l’intimité d’une longue liste de célébrités par la suite : Michael Jackson, Sophia Loren, Barack Obama, la reine Elizabeth II… Ses photos ont orné les parutions de LIFE, Forbes, Newsweek, Paris Match, Time et Vanity Fair. L’an dernier, le photographe a fait l’objet d’un documentaire, intitulé Harry Benson : Shoot First. Puis, il a été récompensé en avril par l’International Center of Photography de New York pour l’ensemble de son oeuvre.

The Beatles et Cassius Clay (Muhammad Ali), Miami, février 1964, de Harry Benson.

L’exposition Harry Benson : Personnes d’intérêt offre une poignée de clichés, imprimés sur papier d’archive, de l’impressionnante œuvre de l’artiste. Bien sûr, nous y retrouvons surtout des moments croqués de la tournée de John, Paul, George et Ringo, incluant la fameuse bataille d’oreillers. On peut aussi admirer un Muhammad Ali concentré ou taquin. Un Charles de Gaulle serrer des mains, cet inoubliable jour de 1967, à Montréal. Et le regard percutant d’une Amy Winehouse qui bouleverse. Loin de l’insipidité des clichés de paparazzi des magazines à potins, chaque photographie de Harry Benson a su éterniser l’essence des grands.

Amy Winehouse, London, 2007, de Harry Benson.

L’exposition-vente est présentée du 28 avril au 28 mai 2017 à la Galerie Got Montréal. Acheteurs potentiels, sachez que les prix affichés se chiffrent entre 7 000 à 26 000 dollars, et que les autres ne sont révélés que sur demande.

Installée dans le Vieux-Montréal depuis plus d’un an, la Galerie Got Montréal est la plus récente galerie de Frédéric Got. La première, fondée en 1991, se trouve à Barbizon, en France. Ces galeries permettent à leurs visiteurs de découvrir l’art contemporain d’artistes de tout acabit.

Site Web officiel de la Galerie Got Montréal : www.galeriegotmontreal.com

Site Web officiel du photographe Harry Benson : www.harrybenson.com

Publicités

CRITIQUE DU FILM ROBERT DOISNEAU, LE RÉVOLTÉ DU MERVEILLEUX, DE CLÉMENTINE DEROUDILLE

Texte : Catherine Gignac

Le Baiser de l’hôtel de ville, de Robert Doisneau (1950).

Une femme. Un homme qui la serre contre lui, amoureux. Un baiser. Et des gens indifférents et pressés au beau milieu de Paris. Ce cliché en noir et blanc a fait le tour du monde. Il est aussi celui qui m’a fait connaître le grand photographe français Robert Doisneau. Tout de suite, j’en suis tombée amoureuse. Doisneau, un nom qui rappelle les oiseaux,  un nom discret. Doisneau qui s’immisce dans la foule et se pose, photographie les gens dans leur quotidien, capture des moments de tendresse et d’amitié. Doisneau qui immortalise la vie urbaine dans toute sa beauté et sa laideur. Rendre le quotidien poétique, c’est ce qu’aura réussi ce grand artiste au cours de sa carrière.

Clémentine Deroudille, la petite-fille de Robert Doisneau, porte à l’écran la vie de celui qui est rapidement devenu l’un des plus célèbres photographes au monde. Dans son film Robert Doisneau, le révolté du merveilleux, elle dresse un portrait juste et émouvant de son grand-père. Clémentine Deroudille est la réalisatrice, mais aussi la scénariste et la narratrice du documentaire.  À travers des archives inédites, elle nous fait revivre la vie familiale et professionnelle de l’artiste.  Elle raconte comment ce dernier porte malgré lui, grâce à ses photographies, l’essence même d’une époque. « Partout où il peut rencontrer du monde, ça donne des photos », nous dit-elle.

Robert Doisneau à New York en 1960.

Dans ce documentaire, celui qui n’a fait que photographier des gens toute sa vie et qui s’est toujours posé en observateur se retrouve sous les projecteurs.  On s’intéresse à la personnalité de Doisneau, à son intimité, ses amitiés, sa jeunesse, ses motivations profondes.  On revisite son œuvre, sa vie, de sa naissance en 1912 à sa mort en 1997. On s’immisce dans son environnement, on fait la connaissance de ses amis proches. Ses amis, c’était le poète Jacques Prévert, l’écrivain Daniel Pennac, la photographe Sabine Weiss, pour ne nommer que ceux-là.

90 ans de Baba, Chatillon-sous-Bagneux février 1980, de Robert Doisneau.

Clémentine Deroudille livre une narration juste et pertinente, poétique même, qui rend justice à l’œuvre de son grand-père. Elle la parsème de réflexions sur l’art et sur la vie. La photographie y est d’ailleurs décrite comme une lutte perdue d’avance avec le temps qui file. C’est un art qui flirte avec la mort, puisque l’œuvre photographique appartient au passé dès l’instant où elle naît.

Argenteuil Cité champagne 1984, de Robert Doisneau.

La vie de Doisneau est une inspiration pour tous ceux qui ont des rêves. Alors qu’il s’est fait licencier des Industries Renault où il exerçait le métier de photographe, il a lancé sa carrière de manière indépendante, et c’est à ce moment qu’il a créé ses plus belles œuvres et qu’il s’est fait connaître.  Selon Doisneau, pour exercer le métier de photographe, il faut être curieux, désobéissant et avoir une patience de pêcheur à la ligne.

New York mars 1966, de Robert Doisneau.

Aux curieux, aux désobéissants, aux rêveurs, je recommande ce film. Peut-être vous reconnaîtrez-vous dans cette célèbre réplique du photographe : « Dans le fond, j’essaie peut-être de faire ma photo pour ne pas mourir. »

Robert Doisneau, le révolté du merveilleux, de Clémentine Deroudille, sort en salles au Québec le 19 mai 2017.

Site Web officiel du film : funfilm.ca/fr/films/robertdoisneau

Site Web officiel du photographe Robert Doisneau : www.robert-doisneau.com

ROBERT DOISNEAU, LE RÉVOLTÉ DU MERVEILLEUX- la bande-annonce (en salle le 19 mai) from Funfilmdistribution on Vimeo.

Texte : Véronique Bonacorsi

Photo : Véronique Bonacorsi.

Photo : Véronique Bonacorsi.

Même si la frénésie des activités de la métropole se dissipe avec la fuyante lumière du jour, ceux dans le déni de la fin éventuelle de l’été peuvent encore profiter d’une brève évasion culturelle.  Le temps d’un trottoir, ils sont invités à faire un mini voyage dans le passé pour découvrir un Montréal en changement, gracieuseté du Musée McCord.

Passagers de train marchant dans la neige, près de la gare Windsor, centre-ville, vers 1969. Photo : Musée McCord.

Passagers de train marchant dans la neige, près de la gare
Windsor, centre-ville, vers 1969. Photo : Musée McCord.

Les oeuvres du photographe David W. Marvin tiennent la vedette de la 10e exposition hors murs du musée d’histoire. Ces clichés grand format, tirés des archives offertes par la veuve de l’artiste à l’institution, nous invitent à faire une tournée de la ville dans les années 1965 à 1975.

Photo : Véronique Bonacorsi.

Photo : Véronique Bonacorsi.

Créateur relativement inconnu, David Wallace Marvin doit peut-être en partie sa vision socialement éveillée à la perte de son ouïe, alors qu’il est enfant, marque de la scarlatine. Originaire de la Nouvelle-Écosse, orphelin, Marvin s’installe à Montréal à l’adolescence. Plus tard, il exercera le métier de correcteur d’épreuves, ce qui lui laissera amplement le temps pour d’intéressantes excursions citadines, appareil photo en main.

Homme marchant dans la rue Murray, Griffintown, vers 1970. Photo : Musée McCord

Homme marchant dans la rue Murray, Griffintown, vers 1970. Photo : Musée McCord

Des gamins marchant sur Dorchester, près d’un chantier. Des « magasineurs » et leurs sacs d’emplettes au centre-ville. Une dame en bikini couchée sur le béton d’un toit à Côte-des-Neiges. Une corde à linge dans une cour de Griffintown, où flottent des vêtements. Chaque photographie constitue une empreinte de vie d’une cité en perpétuelle reconstruction, qu’elle soit urbaine ou humaine.

Peintres de murale, centre-ville, vers 1969. Photo : Musée McCord.

Peintres de murale, centre-ville, vers 1969. Photo : Musée McCord.

Les images réunies pour cette exposition dépeignent avec humour et nostalgie le quotidien d’un environnement urbain aux apparences parfois hostiles. Plus que des banalités amusantes d’un temps révolu, ces instants de vie uniques, rendus éternels grâce au photographe, reflètent l’essence de la ville d’aujourd’hui. Avec ses idées, son désir inassouvi de se transformer, Montréal continue de susciter de nombreux débats politiques et sociaux. Et David W. Marvin a su lever le voile sur plusieurs de ces enjeux, probablement sans le savoir.

Photo : Véronique Bonacorsi.

Photo : Véronique Bonacorsi.

Vous retrouverez l’exposition David W. Marvin : Chroniques de rue 1965-1975 sur l’avenue McGill College, entre le boulevard de Maisonneuve et l’avenue du Président-Kennedy, face à la sculpture La Foule illuminée. Cette activité gratuite, accessible en tout temps, prend fin le 18 octobre prochain.

Site Web officiel du Musée McCord : www.mccord-museum.qc.ca/fr