Articles Tagués ‘Place des Arts’

Texte : Karine Tessier

Le collectif d’art engagé ATSA, Quand l’Art passe à l’Action présente, du 16 au 19 novembre, un événement de mobilisation citoyenne et artistique pour contrer les paradis fiscaux et les iniquités qui en résultent. Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence propose, à la place Émilie-Gamelin de Montréal, des activités artistiques, d’information et d’échange.

Ce rassemblement vient clore une année 2017 chargée pour le groupe, qui fête cette année son 20e anniversaire. Au printemps dernier, il nous avait conviés à l’imposant Cuisine ta Ville, sur l’esplanade de la Place des Arts, dans la métropole. Puis, ATSA, Quand l’Art passe à l’Action est parti en tournée avec sa bien connue activité Le Temps d’une Soupe dans plusieurs arrondissements montréalais, ainsi qu’à Vancouver, en France, au Royaume-Uni et en Autriche.

Un an après le scandale des Panama Papers, et quelques jours à peine après les révélations sur les Paradise Papers, le sujet de l’évasion fiscale défraie les manchettes plus que jamais. On peut dire que Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence arrive à point. Les cofondateurs d’ATSA, Quand l’Art passe à l’Action, Annie Roy et Pierre Allard, travaillent depuis quatre ans à cet événement, qui vise à informer, dénoncer, mais également à réfléchir à des solutions pour éradiquer les inégalités. Parce que, si les thèmes abordés par le collectif sont durs, ses créations ne sont jamais dénuées d’espoir.

Photo : page Facebook de ATSA, Quand l’Art passe à l’Action.

La programmation

Pour lancer les activités, le 16 novembre, le Radis Fiscal, un objet insatiable qui bouffe tout ce qui l’entoure, sera démoli sur la place publique. La destruction de cette piñata géante servira de défouloir, tout en étant le symbole d’une libération des « petits » face à une élite vorace, qui cherche constamment à accroître son pouvoir et ses gains matériels.

Puis, pendant quatre jours, la population aura l’embarras du choix : conférences, kiosques d’information, projection de documentaires, prestations musicales, performances, expositions, activité Le Temps d’une Soupe… Le tout présenté gratuitement, à l’extérieur et sous des chapiteaux chauffés.

Photo : page Facebook de ATSA, Quand l’Art passe à l’Action.

Pour ceux qui n’auraient jamais participé au Temps d’une Soupe, il s’agit d’une rencontre entre deux personnes qui ne se connaissent pas, qui discutent d’un thème (cette fois-ci, les paradis fiscaux) en dégustant un bol de soupe fumante préparée par les restaurants Soupesoup. Avant de se dire au revoir, les participants prennent la pose, des portraits qui s’ajouteront aux 2 033 photos réalisées ici comme à l’étranger.

Vous aimeriez participer à la création d’une œuvre d’art visuel? Le génial Émmanuel Laflamme invite la population à construire avec lui un grand château de cartes de crédit. De son côté, avec Cartographie sociale, Emmanuelle Jacques poursuit sa fascinante démarche sur l’espace. Vous pourrez, à l’aide des estampes et cartes créées par l’artiste, décrire vos trajets quotidiens, vos endroits préférés ou, au contraire, ceux que vous évitez.

Si vous n’avez jamais assisté à la pièce Hidden Paradise, d’Alix Dufresne et Marc Béland, voilà votre chance de voir une répétition bonifiée de l’œuvre inspirée d’une entrevue donnée par le philosophie Alain Deneault (qui participe également à Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence) sur les évasions fiscales.

Pour les mélomanes, les concerts du rappeur Emrical et du musicien Doctor Nativo, qui mélange habilement reggae, hip-hop, cumbia et musique traditionnelle maya, sont à inscrire à l’agenda.

Vues de la rue. Photo : Mikaël Theimer.

À voir aussi, l’exposition de photos Vues de la rue réelle, le regard que portent sur la métropole des personnes en situation d’itinérance ou à risque, en collaboration avec le photographe Mikaël Theimer.

Et, si vous avez envie de vous engager, sachez que les organisateurs sont toujours à la recherche de bénévoles!

Annie Roy et Pierre Allard, cofondateurs d’ATSA, Quand l’Art passe à l’Action. Photo : Jean-François Lamoureux.

3 questions à Annie Roy, cofondatrice d’ATSA, Quand l’Art passe à l’Action

Au printemps dernier, quelques jours avant l’événement Cuisine ta Ville, nous nous étions entretenus avec l’artiste. Morceaux choisis de cette rencontre avec une femme passionnée, jamais à court d’idées pour changer le monde.

ATSA, Quand l’Art passe à l’Action a 20 ans cette année, en 2017. Comment arrive-t-on à se renouveler constamment après tant d’années?

Pour nous, à chaque fois qu’on crée, c’est la découverte d’un nouveau monde. C’est ça qui est extraordinaire de notre travail. Il y a une thématique qui prend forme. Et on va faire une sorte d’architecture sociale autour de ça, un événement qui va nous fusionner, nous mettre ensemble, nous faire vivre quelque chose d’extraordinaire, on l’espère, et qui va briser aussi des exclusions. Quand on est dans la rue et qu’on invite du monde de partout, on surprend les gens, on les sort de leur zone de confort. Ça les fait aller vers l’autre différemment. On brise des idées préconçues.

Vous abordez dans vos œuvres des thèmes durs, mais elles ne sont jamais dénuées d’espoir.

Il faut avoir le courage de la paix. Je pense que, dans notre travail d’artiste, c’est devenu de plus en plus important de trouver des moyens de travailler à la compréhension de l’autre, tout en dénonçant et en critiquant certaines situations. C’est vraiment différent d’être en contact direct. C’est une autre manière de s’informer, qui n’est pas des statistiques, des lectures, de grosses nouvelles.

Est-ce pour cette raison que vous avez changé le nom de votre collectif en 2001?

À l’époque, quand on s’appelait Action Terroriste Socialement Acceptable, il y avait un peu de romantisme révolutionnaire derrière tout ça. C’était vraiment conceptuel : on va exploser dans l’espace public, on va être fortement médiatisés, on va mettre la lumière sur une cause. Mais sans violence réelle. De là le « Socialement Acceptable ».

Avec les années, la médiatisation des actes terroristes, les amalgames par rapport à certains groupes de personnes, le terme « terroriste » a perdu de sa connotation, je dirais, un peu plus large. En plus, on a des œuvres, maintenant, qui vont à l’international, qui vont à la rencontre de populations dans des endroits où de tels événements arrivent souvent. Et ça devient un manque de respect.

On a donc recentré le nom du collectif sur l’art, sur notre slogan, qui existe depuis de nombreuses années déjà. Le but n’est pas de faire table rase. Au contraire! Mais le monde a changé. Et, aujourd’hui, on a encore plus besoin d’événements comme les nôtres sur la place publique, pour mettre les gens en lien, contrer la violence et les préjugés.

 

Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence, un événement de l’ATSA, Quand l’Art passe à l’Action, du 16 au 19 novembre 2017, à la place Émilie-Gamelin, à Montréal. Pour toutes les informations : www.atsa.qc.ca

Publicités

CRITIQUE DE LA PIÈCE NE M’OUBLIE PAS, DE TOM HOLLOWAY, MISE EN SCÈNE PAR FRÉDÉRIC DUBOIS

Texte : Julie Baronian

Duceppe_Ne_m'oublie_pas_affiche

La Compagnie Jean Duceppe présente, cette saison, Ne m’oublie pas, de l’auteur australien Tom Holloway. Bouleversante et captivante, cette pièce dramatique parle de colère, mais aussi de réconciliation et d’espoir; le tout basé sur un fait historique, méconnu de la majorité de la population.

Gerry (François Papineau) a eu une enfance très difficile. Arraché à sa mère (Louise Turcot) en Angleterre à l’âge de quatre ans, il a été envoyé par bateau en Australie, pour y travailler durement. Aujourd’hui âgé dans la cinquantaine, il est devenu un père alcoolique et violent. Sa fille (Marie-Ève Milot), ayant l’impression que quelque chose de terrible s’est passé dans l’enfance de son père, le confronte. Elle le force à rencontrer le travailleur social d’un organisme (Jonathan Gagnon), qui pourra l’aider à retrouver un membre de sa famille dans son pays d’origine, afin de mieux comprendre son passé, ses blessures.

Gerry découvrira alors que son prénom n’est même pas celui qu’il croyait, et que sa mère n’est pas morte, comme on le lui avait toujours dit. Tandis que sa mère, qui croyait son fils adopté par une bonne famille de Liverpool, découvrira ce qu’il est advenu de lui, en Australie, et tout ce dont il a souffert.

La mise en scène de Frédéric Dubois est classique et le décor est simple: quelques divans autour de la scène, une table de cuisine et des chaises au centre. Mais cette économie de moyens fait ressortir la puissance des mots du texte et les performances formidables de François Papineau et de Louise Turcot, dans les rôles du fils et de la mère. Un jeu d’acteurs très intense et émouvant, tout en nuances.

Photo : Caroline Laberge.

Photo : Caroline Laberge.

Louise Turcot est vraiment bouleversante dans ce rôle de mère fragile et pleine d’espoir, qui n’a cessé de célébrer, chaque année, l’anniversaire de son fils et de rêver à ce qu’il devait être devenu. Mais c’est aussi une mère pleine de colère, menaçante, qui ne se gêne pas pour dire ce qu’elle pense. Et François Papineau, incarnant un homme devenu violent et colérique, réussit à nous laisser entrevoir un côté sympathique et touchant à son personnage, à mesure que celui-ci en apprend davantage sur lui-même, qu’il évolue avec la découverte de son passé.

Photo : Caroline Laberge.

Photo : Caroline Laberge.

En plus de raconter l’histoire d’un drame familial terrible, Ne m’oublie pas est basée sur un fait historique peu connu. Les British Home Children, ce sont plus de 100 000 enfants de trois à 18 ans, provenant de milieux défavorisés, que le gouvernement britannique, soutenu par l’Église, a envoyés dans des pays de l’empire britannique, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada, entre 1869 et 1968. Certains d’entre eux étaient orphelins; d’autres étaient arrachés à leur famille. Envoyés par bateau, frères et sœurs séparés, pour servir de travailleurs bon marché dans les colonies, ces enfants étaient maltraités et exploités.

10 à 12 % de la population canadienne seraient descendants de ces enfants britanniques exilés, soit environ quatre millions de personnes, dont 8 000 Québécois. John James Rowley, père de l’épouse de Jean Duceppe, et grand-père de sept enfants – dont Gilles, Monique et Louise Duceppe, tous impliqués dans la Compagnie – était l’un de ces British Home Children.

Photo : Caroline Laberge.

Photo : Caroline Laberge.

L’auteur Tom Holloway, né en Tasmanie, est l’une des principales nouvelles voix du théâtre australien. Ses œuvres ont été plusieurs fois récompensées et mises en scène en Australie et à l’étranger. Bien que l’histoire de la pièce se déroule en Australie et en Angleterre, la traduction de Fanny Britt, en québécois très moderne, jurons inclus, rapproche de façon intrinsèque les spectateurs québécois de ce drame. Il est aussi facile de faire une analogie entre les British Home Childen et les Orphelins de Duplessis ou encore les pensionnats autochtones, au Québec, en ce qui concerne les enfants maltraités, exploités et assimilés.

Photo : Caroline Laberge.

Photo : Caroline Laberge.

Mais loin d’être une pièce politique ou documentaire, Ne m’oublie pas est plutôt intimiste. Elle raconte ce que peuvent avoir vécu et ressenti les victimes, autant les parents, à qui les enfants furent enlevés par le gouvernement, que les enfants qui ont été arrachés à leur famille. À travers l’histoire de Gerry et de sa mère, cette pièce donne aux victimes de cette tragédie la parole qu’ils n’ont jamais eue, pour qu’on comprenne leur colère, leur ressentiment, leur souffrance. Ne m’oublie pas nous donne envie d’en apprendre davantage sur ce pan méconnu de notre histoire, qui ne doit pas rester oublié. Mais surtout, il s’agit d’une pièce dramatique qui touche droit au cœur. Définitivement une pièce à ne pas manquer cette saison.

Ne m’oublie pas, une traduction de Fanny Britt de la pièce Forget Me Not de Tom Holloway, dans une mise en scène de Frédéric Dubois, est présentée du 15 février au 25 mars 2017 au Théâtre Jean-Duceppe, à la Place des Arts.

Pour toutes les informations : duceppe.com/a-l-affiche/ne-moublie-pas