Articles Tagués ‘Xavier Mary’

CRITIQUE DE LA PIÈCE ANTIGONE AU PRINTEMPS, DE NATHALIE BOISVERT, MISE EN SCÈNE PAR FRÉDÉRIC SASSEVILLE-PAINCHAUD

Texte : Karine Tessier

D’abord, la voix cristalline de Mykalle Bielinski. Une envolée vocale bouleversante qui annonce déjà la tragédie qui nous sera racontée. Puis, s’amènent nonchalamment trois frères et sœur de 20 ans, Étéocle (Xavier Huard), Polynice (Frédéric Millaire-Zouvi) et Antigone (Léane Labrèche-Dor), qui se remémorent leur enfance au chalet, au bord de la rivière Éternité. Des souvenirs caressants qui font vite place à une mémoire amère, alors que les jeunes sont devenus la cible de moqueries, fruits de l’inceste entre leurs parents Jocaste et Œdipe.

Devenus adultes, dans un Montréal fictif où tonne la révolte populaire, Étéocle, Polynice et Antigone doivent prendre parti. Le premier joint les rangs des forces de l’ordre, menées par le corrompu Créon, qui réprime toute protestation au nom de la prétendue paix sociale. Les deux autres sont avec le peuple. Lors d’une émeute, les frères se battent, et Polynice meurt. Sa dépouille devient une pièce à conviction pour les autorités, qui souhaitent incriminer les protestataires.

Photo : Francis Sercia.

Présentée du 4 au 22 avril 2017 à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier, Antigone au printemps est une production de la jeune compagnie Le Dôme – créations théâtrales, fondée il y a deux ans. En se regroupant, Nathalie Boisvert, Frédéric Sasseville-Painchaud et Olivier Sylvestre se sont donné comme mission de réenchanter le monde, de proposer une parole qui incite l’humain à reprendre son destin, individuel et collectif, en main. Là où s’arrête la raison, l’espoir, l’émotion et le rêve animent l’homme.

Lorsqu’elle écrit, Nathalie Boisvert s’inspire beaucoup de ce qui défraie les manchettes : les manifestations du printemps 2012 au Québec, les centaines d’oiseaux retrouvés morts, notamment aux États-Unis et en Italie, la même année. Pour ce nouveau spectacle, elle a choisi d’ancrer dans l’actualité les personnages de la pièce de Sophocle. L’héroïne, née à l’Antiquité, est intemporelle. Alors que les hommes combattent, elle se tient debout, seule, le poids du monde sur ses épaules. Il est souvent plus aisé d’éviter le débat et de rester dans le rang. Antigone, elle, affirme que, parfois, il faut savoir dire non, enfreindre la loi pour servir la justice. L’histoire de toutes les révolutions. L’œuvre, d’abord un récit sur le rapport au pouvoir, aborde également des thèmes universels : la liberté, les droits humains, la corruption, la famille, la solitude. Ce qui en fait bien plus qu’un spectacle politique.

Photo : Francis Sercia.

Pour mettre en scène ce texte lucide, les deux complices de Nathalie Boisvert au Dôme – créations théâtrales, Frédéric Sasseville-Painchaud, assisté d’Olivier Sylvestre. Ceux-ci ont placé les acteurs dans un décor tout de roche et de bitume. Percutants, Huard, Millaire-Zouvi et Labrèche-Dor déclament leurs lignes comme on le ferait avec un manifeste. Une abondance de mots livrés par moments telle une pétarade, ce qui fait écho au tumulte qui se produit dans ce Montréal fictif. Une poésie théâtralisée au rythme haletant, qui laisse à peine au spectateur le temps de reprendre son souffle.

Photo : Francis Sercia.

 

La scénographie, signée Xavier Mary, se veut toute horizontale, linéaire. Comme une ligne du temps qui lie les événements du passé, du présent et de l’avenir. Puisque, oui, le combat n’est pas sans appel. Les créateurs d’Antigone au printemps suggèrent l’espoir, alors que filtre à maintes reprises la lumière sur cette scène plongée dans la pénombre. De très beaux éclairages réalisés par Chantal Labonté.

Photo : Francis Sercia.

Dans cet ensemble sombre, la distribution apparaît telle une armée de soldats de plomb, qui, même en évoquant des souvenirs douloureux de leur enfance, ne laissent jamais leur armure se fissurer. Leur prise de parole n’en est que plus intense, enflammée. Les trois comédiens butent à quelques reprises sur les mots, mais on leur pardonne aussitôt, le texte de Nathalie Boisvert représentant de toute évidence un défi impressionnant. En toutes circonstances, le trio tente de sauver sa peau, tout comme Étéocle, Polynice et Antigone font tout en leur pouvoir pour rester intègres, peu importe le camp choisi. Un courage qui nourrit notre propre réflexion et qui, le souhaite assurément l’équipe de la pièce, nous incite à passer à l’action.

Photo : Francis Sercia.

Antigone au printemps, de Nathalie Boisvert, mise en scène par Frédéric Sasseville-Painchaud, est à l’affiche du 4 au 22 avril 2017 à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier.

Pour toutes les informations : www.denise-pelletier.qc.ca/spectacles/60

Le texte du spectacle est également disponible dans les librairies depuis le 12 avril 2017.

Publicités

CRITIQUE DE LA PIÈCE MA(G)MA DU COLLECTIF CASTEL BLAST

Texte : Karine Tessier

Photo : Jules Bédard.

Photo : Jules Bédard.

Au moment où les spectateurs prennent place dans les gradins, la pièce est déjà commencée. Un jeune garçon s’amuse en silence, assis sur le sol. Se met à défiler derrière lui, sur un écran noir, une suite de remerciements du collectif Castel Blast, de Jean-Paul Sartre à Walt Disney, en passant par le basketteur Lebron James et Céline Dion.

Photo : Jules Bédard.

Photo : Jules Bédard.

L’enfant se lève et s’éclipse. Entrent un à un sur la scène une vingtaine d’hommes au torse nu qui s’avancent, en regardant le public dans le blanc des yeux. Dans les premières minutes, ils esquissent des gestes lascifs, qui deviennent de plus en plus frénétiques. Les yeux des acteurs défient l’assistance, à mi-chemin entre la tentative de séduction arrogante et la provocation en duel. Ils se frappent, ils font des pompes au sol, ils transpirent. Après une montée dramatique d’une intensité presque insoutenable, le tableau prend fin, alors qu’une gracile jeune femme marche parmi les hommes et devient l’objet de leur convoitise.

D’autres filles rejoignent les gars. Nous sommes maintenant dans un bar, véritable meat market. La chasse est ouverte. Les deux sexes s’observent, se courtisent, se rapprochent. Les corps choquent et s’entrechoquent. La danse vire presque à l’orgie, avant que tous se laissent choir au sol, sorte de repos après l’amour.

Photo : Jules Bédard.

Photo : Jules Bédard.

Les scènes se succèdent, offrant aux spectateurs un ballet brut, instinctif sur le passage de l’enfance à l’âge adulte. Un conte aussi sensible que robuste, qui se clôt sur un fouillis inextricable d’émotions et de souvenirs, vécus par une quarantaine de personnages animés par des pulsions de vie et de mort.

Pour ouvrir sa saison, le Théâtre Espace Libre ose avec Ma(g)ma, dont l’écriture scénique, la mise en scène et la chorégraphie sont signées par le collectif Castel Blast, qui rassemble Olivia Sofia, Léo Loisel, Xavier Mary et Guillaume Rémus. Le spectacle, présenté jusqu’au 10 septembre, a d’abord vu deux de ses étapes de création être présentées à Zone Homa à l’été 2015, puis au OFFTA au printemps dernier.

Photo : Jules Bédard.

Photo : Jules Bédard.

Né il y a à peine un an, le quatuor mise d’abord sur les ambiances pour bousculer le public, l’émouvoir et le faire réfléchir. Il y a une économie de mots dans Ma(g)ma. Le voyage initiatique qu’on nous présente se fait surtout en gestes et en musique. Les acteurs tracent une succession de mouvements tantôt enveloppants, tantôt menaçants, mais toujours 100 % puissants. La chorégraphie se déroule sur des rythmes hypnotiques, rappelant par moments les pulsations cardiaques, diffusés par un système de son ambiphonique, qui permet aux mélodies d’entourer les spectateurs.

Photo : Jules Bédard.

Photo : Jules Bédard.

Castel Blast explore dans sa dernière création les thèmes toujours pertinents de la vie, de la mort, de l’amour et du sexe, sans chercher de réponses précises aux questions que se posent les hommes et les femmes, de la genèse à la création de Tinder.

Cette abstraction confère à la pièce une portée universelle. À l’instar des personnages du spectacle, le public est invité à s’interroger sur sa propre perte d’innocence, ce point de non-retour où on prend connaissance de l’influence, du pouvoir qu’il est possible d’exercer sur ses semblables. Ma(g)ma, c’est un rendez-vous avec sa propre violence, en compagnie d’un groupe d’artistes dont on ne peut que tomber amoureux.

Pour toutes les infos sur la pièce Ma(g)ma, présentée au Théâtre Espace Libre : www.espacelibre.qc.ca/spectacle/saison-2016-2017/magma