Articles Tagués ‘Paris’

ENTREVUE AVEC QUENTIN BRUNO, CHANTEUR, DANSEUR ET COMÉDIEN

Texte : Karine Tessier

Lundi, en début de soirée, au Cabaret Café Cléopâtre. Le musicien montréalais Ian Baird est au piano, alors que les six artistes de la troupe travaillent une chanson du spectacle Naked Boys Singing, dont la première québécoise aura lieu deux jours plus tard, dans le cadre de Fierté Canada Montréal 2017.

Lorsqu’ils débarquent dans une ville pour y présenter leur comédie musicale, les chanteurs, danseurs et comédiens doivent faire de petits ajustements, s’adapter aux lieux, répéter avec le pianiste (un musicien local est choisi pour chaque arrêt de la tournée). Mais, cette fois, à Montréal, les choses se sont compliquées. Deux des membres du groupe ont dû s’absenter pour des raisons familiales et ont été remplacés, seulement 48 heures avant la première représentation devant le public.

« Je n’ai aucun souci, lance en souriant Quentin Bruno, un des interprètes du spectacle, en prenant place à nos côtés le temps d’une brève entrevue. On va travailler demain, on va travailler mercredi matin… Mercredi soir, on aura quelque chose de parfait pour les spectateurs de la métropole. »

Changement de costume

Le Franco-Américain de 27 ans, qui a étudié la danse et le théâtre musical autant aux États-Unis qu’en France, est un touche-à-tout. Il bosse sur les planches, à la télévision, comme mannequin, en plus d’être auteur-compositeur-interprète. Il fait partie de la bande de Naked Boys Singing depuis bientôt un an.

« J’avais déjà fait quelques performances nu, mais c’était des œuvres très contemporaines. Alors, c’était un peu différent, se souvient Quentin Bruno. Les premières fois devant un public, on se demande : oh, mon Dieu, pourquoi je fais ça? Il y a une petite appréhension. Pendant 15 secondes. Et, après, on réalise qu’on est là pour raconter une histoire, et on oublie. La nudité devient notre costume. On s’habitue. Parce que, en fait, on n’est pas dans l’intimité, on est sur une scène. C’est comme aller à une plage naturiste! »

Tous identiques

Si Naked Boys Singing est présenté sur la route depuis un an, il est à l’affiche Off-Broadway depuis 1999. D’abord une comédie, la revue musicale se veut également touchante et nostalgique.

Les six gars de la troupe ne ménagent pas les efforts pour faire rigoler les spectateurs, mais espèrent tout autant faire ressentir des choses à ceux qui viennent les voir. Au fil de la quinzaine de chansons qui composent la pièce, des histoires se développent, des relations naissent. On y parle de désir, d’amour, d’être soi-même.

« C’est vraiment une œuvre universelle, affirme Quentin Bruno. Notre public est, certes, homosexuel, mais on attire toutes sortes de monde. Parce que le but final, c’est de dire : quand on est nus, on est tous identiques. On a tous un corps, on est tous des êtres humains sensibles. »

Naked Boys Singing est-elle donc une création engagée? Le volubile interprète fait une pause, choisit ses mots. « Je ne sais pas si, en lui-même, le spectacle a un message engagé. Je pense que la période et le monde dans lesquels on vit font qu’il est peut-être plus engagé qu’il ne l’était auparavant. »

Pour Orlando

Si la revue présentée ces jours-ci à Montréal n’est pas d’emblée porteuse d’un message politique, elle est on ne peut plus symbolique pour les artistes qui l’interprètent, qui tous vivent ou ont travaillé à Orlando, en Floride, là où, en juin 2016, une fusillade a fait près d’une cinquantaine de morts au Pulse, une boîte de nuit populaire dans la communauté LGBTQ. Une attaque revendiquée par le groupe État islamique.

« C’est un peu un échange culturel commémoratif, explique Quentin Bruno. C’est une façon de ne pas oublier ce drame et aussi de sensibiliser les gens. Qu’il y ait eu des tragédies comme celles du Pulse ou du Bataclan, à Paris, où j’ai vécu, ne doit pas nous empêcher de sortir. Continuons à vivre, à grandir en tant que communauté humaine, à se rassembler, à aller au théâtre, à boire des coups, à voir des choses qui sont belles, à être touchés. Soyons humains. »

Naked Boys Singing, créé par Robert Schrock, mis en scène par Tim Evanicki et produit par Acts to Grind Theatre, est présenté du 16 au 20 août 2017 au Cabaret Café Cléopâtre de Montréal, dans le cadre de Fierté Canada Montréal 2017.

Pour toutes les informations : www.fiertemontrealpride.com/project/naked-boys-singing

Page Facebook officielle de la compagnie Acts to Grind Theater : www.facebook.com/actstogrind

Site Web officiel de Quentin Bruno : www.iamquentinbruno.com

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

CRITIQUE DU FILM QUARTIERS SOUS TENSION, DE CAROLE LAGANIÈRE

Texte : Véronique Bonacorsi

Comment le petit café branché du coin ou la venue d’artistes dans un quartier considéré si peu cool il n’y a pas si longtemps peuvent-ils être reliés à l’exode forcé des habitants d’origine? Ces éléments représenteraient des symptômes de la gentrification. La documentariste Carole Laganière examine dans son dernier film, Quartiers sous tension, diffusé cette semaine à ICI Radio-Canada Télé, puis sur la plate-forme ICI Tou.tv, ce phénomène social et économique qui s’attaque aujourd’hui à sa ville natale de Montréal.

Rosemont-La Petite-Patrie, Hochelaga-Maisonneuve, Parc-Extension… L’embourgeoisement progressif de nombre d’arrondissements montréalais présente autant d’acteurs que de victimes. Alors que divers projets immobiliers hors de prix pour la population locale font leur apparition, de nouveaux entrepreneurs ouvrent des commerces au goût du jour, insufflant une revitalisation du quartier.

Quartiers sous Tension_BA from Laganière, Carole on Vimeo.

Avec Quartiers sous tension, Carole Laganière, qui a scénarisé et réalisé ce documentaire, dresse un portrait diversifié d’une transformation urbaine, à laquelle se retrouvent aussi confrontés les autres grands centres du monde, tels que Buenos Aires, Londres et Paris. À travers les témoignages de différents participants ou spectateurs, actifs ou impuissants, le discours entourant la gentrification se nuance.

Les uns connaissent la violence d’être expulsés de leur maison d’enfance. Les autres subissent du vandalisme sur leur boutique. Certains accueillent avec joie les jeunes familles dans leur voisinage. D’autres déplorent la tendance individualiste que symbolisent les condos. Mais tous ces groupes doivent-ils forcément s’opposer? Peut-être existe-t-il un moyen pour que ce désir de changement pour une ville meilleure ne se fasse pas au détriment des plus vulnérables…

Vous pourrez regarder le film Quartiers sous tension à ICI Radio-Canada Télé, le samedi 12 août à 21 h, dans le cadre de l’émission 1001 VIES. Le documentaire sera ensuite disponible sur la plate-forme ICI Tou.tv.

En attendant, vivez l’expérience interactive Gentriville, compagne du long métrage. Vous pourrez y visiter plusieurs quartiers de Montréal, mais également de Vancouver, de Paris, de Buenos Aires et de Londres. Vous irez à la rencontre de chercheurs, de militants, de résidents et de commerçants. Enfin, vous découvrirez votre profil dans l’échelle de la gentrification : ici.radio-canada.ca/gentriville

Page Facebook officielle du film Quartiers sous tension : www.facebook.com/QuartiersSousTension

Page Facebook officielle de l’expérience interactive Gentriville : www.facebook.com/Gentriville

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Texte : Audrwey A.

Charlotte_Le_Bon_1

Du mannequinat au cinéma, en passant par la case météo dans l’émission Le Grand Journal de Canal +, Charlotte Le Bon a su laisser son « empreinte » sur le petit et le grand écran en côtoyant de grands personnages. Elle a eu notamment l’occasion de « travailler » au côté d’Astérix devant la caméra de Laurent Tirard, se faire habiller par le Yves Saint Laurent de Jalil Lespert et prêter sa voix à Joie dans Vice-Versa.

Depuis le mois de septembre et jusqu’au 10 novembre prochain, c’est dans le troisième arrondissement parisien qu’on la retrouve à la Galerie Cinéma, pour sa première exposition intitulée One Bedroom Hotel on the Moon.

Charlotte_Le_Bon_2

À travers ses créations pleines d’humour, elle invite le public à venir découvrir son univers éclectique et poétique, où ses illustrations prennent vie sous les traits d’H.H. l’homme à la tête de cœur, de petites crottes devant lesquelles on ne peut s’empêcher de sourire, de peaux de banane, d’un monstre poilu et de petits mots « pour dire simplement de grandes choses ».

Après Charlotte Le Bon actrice et Charlotte Le Bon illustratrice, le public peut également faire connaissance, dans la salle de projection de la galerie, avec Charlotte Le Bon réalisatrice grâce à la bande-annonce de son court métrage Modern Monster tourné durant l’été 2015.

Charlotte_Le_Bon_3

L’exposition One Bedroom Hotel on the Moon de Charlotte Le Bon est présentée jusqu’au 10 novembre 2016 à la Galerie Cinéma.

Site Web officiel de la galerie : galerie-cinema.com

Site Web officiel de Charlotte Le Bon : www.lebonlebon.com

CRITIQUE DE FLOWER GIRL DE MICHELLE BELLO

Texte : Karine Tessier

Flower_Girl_affiche

La fleuriste Kemi (Damilola Adegbite) n’en peut plus d’attendre que son petit ami avocat Umar (Chris Attoh) lui demande sa main. Mais voilà, le jeune homme, préoccupé par sa prochaine promotion, ne partage pas les visées romantiques de sa copine. Après une querelle, Kemi fait la connaissance d’un séduisant acteur de cinéma, Tunde (Blossom Chukwujekwu), qui propose de l’aider à reconquérir Umar.

La cinéaste Michelle Bello a rédigé le premier jet du scénario de Flower Girl alors qu’elle étudiait à la maîtrise en communication dans une université américaine. Grande fan de comédies romantiques hollywoodiennes, elle décide d’adapter le genre pour rejoindre les jeunes couples de la classe moyenne de Lagos. Elle confie ensuite son texte à son frère Jigi, qui signera la version finale, sortie dans les salles nigérianes en 2013.

Peuplé de personnages colorés, dont la délicieuse Stella (Bikiya Graham-Douglas), le film a connu un beau succès sur grand écran au Nigéria, là où beaucoup d’œuvres connaissent une courte sortie dans les cinémas, avant d’être lancées en DVD. Il a aussi remporté trois prix aux Nolly Awards 2014, l’équivalent des oscars dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Flower_Girl

Le second long métrage de Michelle Bello, certes, n’impressionne pas par ses prouesses techniques. On y remarque même quelques faux pas en ce qui a trait au montage ou à la bande son. Mais tout amateur de rom coms américaines y trouvera son compte. En effet, l’œuvre emprunte allègrement aux codes hollywoodiens du genre : du potinage entre copines, une héroïne qui subit une métamorphose beauté, des parents qui s’investissent un peu trop dans la vie amoureuse de leurs enfants, des quiproquos à profusion, des secrets mis au jour…

Ajoutons à cela des personnages au look d’enfer, des scènes de fête glamour, des images superbes de Lagos et des stars charismatiques. Ce serait bien dommage de bouder son plaisir devant ce conte de fée moderne.

Le film Flower Girl de Michelle Bello a été présenté au Festival international de cinéma Vues d’Afrique de Montréal dans le cadre d’un partenariat avec la NollywoodWeek de Paris.

Site Web officiel du film : flowergirlthemovie.com

Site Web officiel du Festival international de cinéma Vues d’Afrique : www.vuesdafrique.com

Site Web officiel de la NollywoodWeek de Paris, qui aura lieu du 2 au 5 juin prochains : www.nollywoodweek.com

Texte et photos: Audrwey A.

MaisonDeBalzac_Nom

Pour celles et ceux qui souhaitent s’offrir un voyage dans le temps, rendez-vous à l’exposition Plages à Paris selon Daumier qui se tient actuellement à la Maison de Balzac.

MaisonDeBalzac_Extérieur

MaisonDeBalzac_Porte

Dans cette habitation située au 47, rue Raynouard dans le 16e arrondissement parisien et occupée par l’écrivain pendant sept ans, le visiteur se déplace du cabinet de travail de l’auteur de La Comédie Humaine décoré de quelques-uns de ses objets personnels, dont sa table et son fauteuil, et de portraits de ses proches aux autres pièces où sont exposés quelques manuscrits et œuvres originales.

MaisonDeBalzac_Objets

MaisonDeBalzac_Cafetière

MaisonDeBalzac_Citation

MaisonDeBalzac_Buste

MaisonDeBalzac_Fauteuil

MaisonDeBalzac_Manuscrit

Mais pour se plonger dans le Paris Plages du 19e siècle, direction le sous-sol. C’est dans cette partie de la maison que la Seine « prend le dessus », grâce aux peintures et lithographies signées par Honoré Daumier et qui composent cette exposition.

Daumier_Dessin3

Daumier_Sous-sol

Daumier_Dessin

Publiées dans Le Charivari, journal illustré satirique français de l’époque, les œuvres du graveur-caricaturiste mettent en scène les Parisiens à travers les jeux aquatiques auxquels ils s’adonnaient tels que la baignade, le canotage et la pêche à la ligne au contact du fleuve.

Daumier_Dessin2

Daumier_Dessin4

Pour vous offrir une « ballade fluviale » ou participer aux ateliers-lectures organisés, rendez-vous donc jusqu’au 28 septembre à la Maison de Balzac.

Site Web officiel de la Maison de Balzac : www.balzac.paris.fr

Visitez l’édition 2014 de Paris Plages avec nous ici!

Texte et photos : Audrwey A.

ParisPlages

L’été à Paris ne se résume pas qu’aux terrasses des cafés prises d’assaut par les Parisiens et les touristes, aux longues files d’attente pour entrer et visiter un musée pour avoir la chance d’y admirer une toile de maître, mais c’est aussi ses événements éphémères comme Paris Plages qui s’installe pendant un mois sur les berges de la Seine.

ParisPlages_Volley

L’opération menée par la mairie de Paris depuis 2002 offre aux citadins la possibilité d’apprécier la capitale française, les pieds dans le sable, allongés dans un transat à l’ombre d’un parasol, grâce aux nombreux partenariats qu’elle a su tisser.

ParisPlages_Transats

Cette année, notre circuit a débuté sur le parvis de l’hôtel de ville avec un premier arrêt au bar à eau et aux fontaines en libre service, où l’Eau de Paris « en version » plate ou gazeuse était offerte à la dégustation.

ParisPlages_EauDeParis2

ParisPlages_EauDeParis

Après un rapide coup d’œil aux terrains de beach-volley qui ont remplacé les écrans géants du Mondial, notre ballade se poursuit sur la Voie Georges-Pompidou, afin de découvrir le sable (signé Lafarge) de Paris Plages et les activités proposées au public : un coin lecture, une boutique Paris Rendez-Vous, un boulodrome, des buvettes, les transats pour la détente et… la tour Eiffel.

ParisPlages_Boulodrome

Cette année, une version miniature de la tour de fer construite à partir de chaises Bistro rouges signées de la marque Fermob – qui fête ses 125 ans – a en effet joué les stars devant les objectifs des Paris Plagistes.

ParisPlages_TourEiffel

 

ParisPlages_ChaiseBistro

Quant à la pause culture, elle a été illustrée grâce au Musée du Louvre qui a offert aux citadins sensibles à l’art une découverte de ses collections sur le thème « baigneurs et baigneuses »,  et des animations pour les enfants autour du coloriage.

ParisPlages_Louvres

ParisPlages_Louvres2

Diane, de Christophe-Gabriel Allegrain (1778), moulage en résine de l’original en marbre

Le concept de plage urbaine n’est pas propre à Paris. De nombreuses villes européennes telles que Londres, Amsterdam, Berlin pour en citer quelques-unes ont accueilli leur plage.  Du côté de Montréal, tout se passe dans le quartier du Vieux-Port avec la Plage de l’Horloge. Inaugurée en mai 2012, cette installation offre une vue sur le fleuve St-Laurent, le pont Jacques-Cartier et l’île Ste-Hélène à l’ombre de ses parasols bleus ou sous les brumisateurs géants.

Bien que Paris Plages 2014 sur la Voie Georges-Pompidou ait fermé ses portes, le concept joue les prolongations au nord de Paris au bord du Bassin de la Villette (Paris 20e arrondissement) jusqu’au 24 août et offre un retour vers le passé avec l’exposition Plages à Paris selon Daumier. On vous la fait visiter ici!

Site Web officiel de Paris Plages : http://www.paris.fr/parisplages

Plan_ParisPlages