CRITIQUE DU FILM GUARDIANS OF THE GALAXY DE JAMES GUNN

Texte : Véronique Bonacorsi

GOTG_wps_teaser

Quarante-cinq ans après sa première apparition en bande dessinée, Guardians of the Galaxy s’aventure au cinéma. Le film coécrit et réalisé par James Gunn (Slither, Super) propose une promenade interstellaire virevoltée, en compagnie des protagonistes peut-être les moins nobles de l’univers de Marvel.

Un Terrien du nom de Peter Quill (autoproclamé Star-Lord, interprété par Chris Pratt), sous les ordres du pirate Yondu (Michael Rooker), dérobe un artefact, un globe recelant un noir pouvoir extrêmement puissant, qui appartient à Ronan l’Accusateur (Lee Pace). Alors commence la dégringolade des mésaventures pour Quinn. La vie se charge de lui jeter dans les jambes les étranges créatures qui deviendront ses alliés : la belle assassine Gamora (Zoe Saldana), l’imposant maniaque Drax (Dave Bautista, également lutteur vedette de la WWE), le dangereux semi-cybernétique raton-laveur Rocket (Bradley Cooper), et l’arbre humanoïde Groot (Vin Diesel). Malgré eux, ils deviennent les « Gardiens », chargés de protéger une planète en péril de l’effrayant Ronan.

GOTG_wps_Starlord

Oui, l’histoire de Quill commence comme tout récit de héros : avec la perte d’un être cher. Mais là s’arrête la ressemblance. Ici, le groupe des Gardiens est constitué d’individus égoïstes au passé reprochable. Ces antihéros deviennent amis, en quelque sorte, lorsqu’ils découvrent qu’ils n’ont pas à être des perdants, qu’ils peuvent accomplir quelque chose d’important. C’est ce côté si humain qui résonne le plus auprès des spectateurs. Les acteurs principaux se débrouillent assez bien pour insuffler un caractère plus terre à terre à leur personnage. Et bizarrement, le plus attachant de tous est incontestablement Groot, qui ne possède physiquement aucune once d’humanité.

GOTG_wps_RocketGroot

Une autre incongruité de Guardians of the Galaxy : le ton. Alors que les histoires épiques de ce genre adoptent un style sérieux où des moments de légèreté s’insèrent, ce film semble virer cette formule sens dessus dessous. On se retrouve dans une comédie qui intègre des instants de gravité. Mais même ces passages peuvent provoquer le rire. À l’origine des situations les plus comiques : Drax, être quasi shakespearien. Une approche surprenante, rafraîchissante même, quoique certains pourraient la trouver dérangeante.

GOTG_wps_Drax

Le mix qu’écoute Quill sur son Walkman en tout temps, son seul souvenir tangible de sa vie sur Terre, sert de bande originale aux péripéties et contribue grandement à générer un côté ludique au long métrage. On nous propulse ainsi dans ces aventures extraterrestres sur les airs de Moonage Daydream de David Bowie et Cherry Bomb des Runaways. Nostalgiques des bons vieux classiques des années 1980, vous serez servis!

10557371_632631906851835_4423786800924653806_n

Imaginé en 3D dès le départ, le projet de Gunn constituait une tâche visuellement ambitieuse. Puisque l’action se déroule presque entièrement dans une galaxie lointaine, il fallait que le produit final soit à la fois crédible et époustouflant. Le travail a été mené à terme avec brio par les équipes des costumes, supervisée par Dan Grace (la série Dark Knight, le prochain Avengers : Age of Ultron), des décors et des effets spéciaux. Ce monde, basé sur la version de la bande dessinée de 2008 de Dan Abnett et Andy Lanning, s’il ne possède pas la profondeur philosophique de la saga X-Men, a le mérite de présenter un emballage complexe impeccable.

GOTG_wps_Gamora

Guardians of the Galaxy ne profite pas de la reconnaissance qu’ont reçue les films de superhéros précédents, tels que ses cousins les Avengers. James Gunn et ses associés avaient donc comme défi d’introduire cet univers riche à un tout nouvel auditoire. Les forces cosmiques doivent considérer que c’est mission accomplie : dans la voie de réaliser la loi hollywoodienne de la trilogie, un deuxième volet a été annoncé au Comic-Con de San Diego, une semaine avant même la sortie du premier opus.

D’abord projeté en présentation spéciale à guichet fermé au Festival international de films Fantasia à Montréal, Guardians of the Galaxy de James Gunn est à l’affiche au Québec depuis le 1er août 2014.

Site Web officiel du film : http://marvel.com/guardians

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s