CRITIQUE DU FILM A SEPARATION D’ASGHAR FARHADI

Texte : Karine Tessier

separation_couple

Devant le juge, Simin (Leila Hatami) demande à son mari Nader (Peyman Moadi) la permission de divorcer. Le magistrat explique qu’une raison valable doit motiver sa demande : un époux intoxiqué, violent ou qui refuse de lui donner de l’argent de poche. Mais Nader est gentil et aime Simin. Il refuse simplement de la suivre à l’étranger, elle qui ne souhaite qu’une chose : offrir à leur fille de 11 ans (Sarina Farhadi, la fille du réalisateur) une vie meilleure.

Après des échanges corsés, le mari accepte le divorce, mais conserve la garde de l’enfant. Veillant également sur son père atteint d’Alzheimer et de plus en plus diminué, Nader engage une aide-soignante (Sareh Bayat). Mais celle-ci n’a jamais parlé à son mari (Shahab Hosseini), un cordonnier au chômage dépressif et instable, ni demandé sa permission avant d’accepter le job. Lorsqu’une altercation dégénère entre Nader et sa nouvelle employée, les conséquences seront dramatiques. Alors que, sous nos yeux, l’intrigue se tisse et les rebondissements foisonnent, on est sûr que d’une chose : personne n’en sortira indemne.

separation_enfant

Les premières scènes de A Separation, écrit et réalisé par Asghar Farhadi, jettent les bases d’un drame familial qui rappelle les classiques d’Ingmar Bergman, une ressemblance qu’a reconnue sans hésitation l’Iranien de 42 ans dans moult entrevues. Mais rapidement, l’œuvre verse dans le thriller. Le cinéaste trace alors un véritable labyrinthe où, étourdis et abasourdis, ses personnages tentent de trouver (ou de faire) leur chemin.

La réalisation est sobre, laissant toute la place aux êtres complexes, jamais vraiment méchants, mais pas non plus blancs comme neige. En résulte un suspense passionnant filmé à la manière d’un documentaire, une méthode qu’Asghar Farhadi a déjà employée dans ses précédents longs métrages. À certains moments, on n’en oublie presque que le film est une fiction, une impression renforcée par le fait que l’ensemble de la distribution nous est à toutes fins pratiques inconnue. Criants de vérité, tous les acteurs sont impeccables, dirigés d’une main de maître par le réalisateur, qui, on ne sera pas étonné, a longtemps étudié le théâtre. Un véritable tour de force.

separation_père

Asghar Farhadi est aussi resté fidèle à ses thèmes de prédilection que sont le couple, la famille, le mensonge, la situation de la femme iranienne, le travail et la violence, d’abord présents dans Fireworks Wednesday et About Elly, puis dans le récent The Past. Et, bien sûr, il y a la séparation. Ou plutôt les séparations. Au-delà du divorce de Simin et Nader, d’autres déchirures modifieront à jamais les rapports faits d’orgueil et de préjugés qui lient les personnages entre eux. Oppositions entre les classes sociales, entre tradition et modernité, entre ville et campagne, entre le devoir et le droit, entre le bien et le mal.

Pas étonnant, donc, que A Separation obtienne les faveurs à la fois du public, des critiques et de l’industrie cinématographique. Le film a remporté l’Ours d’or à Berlin, alors que l’Ours d’argent de la meilleure actrice et celui du meilleur acteur ont été décernés à l’ensemble de la distribution. S’ajoutent le César du meilleur film étranger en France, ainsi que le Golden Globe et l’Oscar du meilleur film en langue étrangère à Hollywood.

separation_mêlée

Cette proposition d’Asghar Farhadi a un peu pris par surprise la planète cinéma depuis sa sortie. Parce que son auteur et ses acteurs nous sont encore peu familiers. Parce que le scénario est d’une intelligence remarquable et les images, d’une qualité indiscutable, tout ça avec un budget de moins de un million de dollars. Mais surtout, parce que le film nous révèle un Iran auquel on ne s’attend pas, infiniment plus nuancé que ce que nous montrent généralement les médias occidentaux. A Separation, c’est le portrait d’une société déchirée entre raison et passion, esquissé par un artiste d’exception.

A Separation d’Asghar Farhadi est disponible en DVD depuis août 2012.

Site Web officiel du film: www.sonyclassics.com/aseparation

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s